Creator Economy – comment capitaliser sur l’authenticité

Enthousiasmer des millions de personnes avec des contenus numériques

La Creator Economy est une méga-tendance. Elle fait concurrence aux entreprises établies en éliminant les intermédiaires grâce à des modèles d’affaires peer-to-peer innovants. Pour réussir, les créateurs doivent être polyvalents.

Creator Economy : un écosystème immersif

Mettre les gens au centre de la technologie est la grande exigence de notre époque. Marc Zuckerberg veut y parvenir avec sa vision du métavers et libérer ainsi « une économie créative massivement plus importante que celle qui est limitée par les plates-formes actuelles et leurs directives », comme il l’écrit dans sa « Founder’s Letter » de l’entreprise « Meta », qui porte désormais sa marque. Ce faisant, il souligne l’importance de la protection des données et de la sécurité, des normes ouvertes et de l’interopérabilité dans sa vision d’un écosystème immersif dans lequel « davantage de personnes peuvent participer à l’avenir et en profiter non seulement en tant que consommateurs, mais aussi en tant que créateurs ».

De belles paroles, de grandes ambitions. Mais d’où vient ce regain d’intérêt pour l’économie des créateurs ? Même si Facebook est toujours le réseau le plus utilisé au monde, la marque s’affaiblit après sa croissance constante de ces dernières années en raison des scandales liés aux fake news et au discours haineux. Zuckerberg a compris que les plateformes exploitées par les utilisateurs ne valent rien sans contenu. Et ceux qui produisent des contenus de valeur préfèrent aller là où l’on ne censure pas, mais où l’on paie, ou préfèrent créer directement leur propre entreprise pour être plus libres dans leurs décisions.

Qu’est-ce que l’économie des créateurs ?

L’économie des créateurs décrit un grand groupe de créateurs indépendants qui créent des entreprises numériques autonomes basées sur la technologie. Ils produisent des vidéos, des textes, des images, des podcasts, des jeux, des webinaires, des biens numériques et les distribuent en ligne. L’évolutivité de la technologie permet de réduire les coûts de production et de rendre les ventes et le marketing moins chers et plus simples. Souvent, les logiciels prennent en charge les tâches de plusieurs employés, par exemple dans le domaine du marketing ou du service à la clientèle. Le fondateur peut gérer seul l’ensemble de son entreprise ou travailler avec un petit nombre de contractants ou d’indépendants qui l’assistent.

Plus de 50 millions de personnes se considèrent comme des « créateurs ». Les enfants d’aujourd’hui ne veulent plus devenir des acteurs ou des sportifs, mais des stars de YouTube. En effet, ce ne sont plus depuis longtemps les formats professionnels, produits à grands frais par des entreprises de médias, qui trouvent le plus de followers. Les contenus les plus appréciés sont des témoignages authentiques de citoyens ordinaires qui vivent leur passion avec enthousiasme et la font découvrir aux autres. Pourquoi est-ce si attrayant ? Dans la société postindustrielle, nous attachons plus d’importance au fait de nous sentir épanouis dans notre travail et d’avoir le contrôle sur la manière dont nous passons notre temps. Les créatifs réalisent leur propre projet et servent de modèle à leurs fans en faisant ce qu’ils aiment.

Les communautés mondiales inventent de nouveaux modèles commerciaux

L’accès à des communautés mondiales modifie notre manière de communiquer. L’économie créative fait concurrence aux entreprises et aux modèles commerciaux établis. Alors que l’automatisation et la robotique progressent et suppriment d’anciennes professions, une révolution silencieuse a lieu dans le secteur créatif depuis environ dix ans. L’évolution vers un développement commercial axé sur le public place le public des créatifs au centre des préoccupations. Les créatifs gagnent en puissance dans l’écosystème des médias, car les fans souhaitent entrer en contact avec des personnalités individuelles plutôt qu’avec des éditeurs.

De nouvelles opportunités de carrière apparaissent ainsi dans l’économie des créateurs. Les créateurs de contenu – influenceurs, blogueurs, vlogueurs, journalistes, auteurs, musiciens – inventent leurs propres marques et produits afin de commercialiser leurs contenus et leurs créations. Des plateformes telles que YouTube, Instagram, Twitch, WordPress, Tumblr ou Etsy offrent aux créateurs la possibilité de monétiser leurs contenus. Les modèles commerciaux vont du marketing d’affiliation aux modèles basés sur les fonds, en passant par la participation au chiffre d’affaires ou les modèles basés sur les abonnements. D’autres sources de revenus pour les créatifs sont les contenus sponsorisés, le placement de produits, le merchandising, les événements virtuels ou en direct, les cours en ligne ou le consulting.

Créateurs de contenu : un vent de fraîcheur pour le paysage médiatique établi

Les créateurs de contenu sont devenus des acteurs sociaux de plus en plus influents. Ils ajoutent de nouvelles perspectives au paysage médiatique établi. Les globe-trotters et les nomades numériques parcourent le monde et présentent des aperçus personnels dans des reportages Real Life. Ils fournissent ainsi un contexte socioculturel et des histoires qui ne sont pas couvertes par le mainstream dans cette abondance et cette profondeur.

Les amateurs et les experts en loisirs publient des critiques de produits authentiques et adaptés à la vie quotidienne ou donnent des conseils de bricolage avec des méthodes simples et peu coûteuses. Ainsi, ils ne sont pas seulement une concurrence pour les canaux de marketing professionnels, mais influencent la perception générale des produits de bas en haut.

Les auteurs indépendants et les scientifiques libres publient des exposés de recherche sur des portails publics et échangent sur leurs recherches en temps réel, au lieu de dépendre des longs processus de publication des revues. Ce type de communication modifie considérablement la communauté scientifique et oblige les instituts établis à changer de mentalité.

La recette du succès : sois créatif !

Pour réussir, les créatifs doivent être polyvalents. Ils sont des inventeurs, des conteurs, des gestionnaires d’entreprise, des coachs, des animateurs et des leaders de leurs communautés de fans. Il ne suffit pas de rassembler des idées et de développer des contenus attrayants, puis de les intégrer dans la stratégie marketing générale. Les créateurs de contenu doivent savoir quel type de contenu est le plus adapté à votre public cible, à la plate-forme que vous utilisez et à votre stratégie globale. Ils doivent également avoir une connaissance de base des contenus qui fonctionnent sur les différentes plates-formes. Il est également nécessaire de faire des recherches en permanence afin de trouver du bon contenu et d’identifier les tendances.

Le contenu publié doit être stratégiquement adapté à l’objectif global de se positionner en tant qu’influenceur et d’attirer l’attention. Il est recommandé de devenir une autorité reconnue dans un domaine choisi ou dans une niche spécialisée. Un créateur de contenu peut ainsi les présenter à des clients potentiels qui souhaitent engager ou consulter un expert.

Tout le monde ne fait pas de la création de contenu un travail à plein temps. Beaucoup s’y mettent comme un hobby pendant leur temps libre ou comme un projet à temps partiel en plus d’un emploi fixe. L’important est que cela soit amusant et que l’on s’y sente bien. C’est alors que l’on peut transmettre l’enthousiasme nécessaire pour le sujet pour lequel on brûle.

Perspectives de l’économie créative : passion, qualité et confiance

L’économie des créateurs a été boostée par la pandémie. À l’époque du travail à domicile et des lockdowns, le contenu numérique est devenu de plus en plus populaire. Après l’ère du piratage sur Internet, les solutions blockchain permettent aux créateurs de protéger plus facilement leurs droits et aussi leurs revenus. Cela se traduit par un nouveau désir d’authenticité et d’objets numériques uniques, ce qui explique également l’engouement actuel pour les NFT (Non-fungible Token) – des actifs numériques uniques qui, surtout dans le domaine de l’art numérique, donnent lieu à des innovations étonnantes d’une part et à des collectionneurs enthousiastes d’autre part.

L’avenir nous présentera un nouveau modèle de propriété collective et de clans sociaux définis par des intérêts et des passions communs. Le caractère révolutionnaire de cette nouvelle économie des créateurs est qu’elle place le contrôle financier à long terme entre les mains des créateurs de contenu – de cette manière, ils peuvent contourner les intermédiaires traditionnels tels que les marques d’entreprise, les agences ou même les plateformes en ligne. En étant directement soutenus par leurs supporters locaux, ils se libèrent de la pression des attentes du marché ou des algorithmes opaques.

Les artistes et les créateurs gagnent ainsi en influence et en souveraineté sur leurs contenus, ce qui favorise la qualité. Les créateurs de contenu gagnent également une liberté supplémentaire quant à savoir si et quelles marques ils choisissent pour le marketing d’influence. Le fait de pouvoir choisir eux-mêmes leurs sponsors augmente la confiance de la communauté de fans dans l’authenticité des recommandations.

Simone Belko, a linguist and European studies scholar, is committed to digital literacy in a connected society. She worked as PR manager, journalist and cultural trainer in Germany and abroad. As a product manager in the online games and FinTech industry she was responsable for localisation, web/ app development and marketing of international products.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More