Le Metaverse – Pourquoi c’est plus qu’un battage médiatique

Comment les entreprises évoluent dans la réalité virtuelle

Avec le métavers, nous sommes confrontés à un changement qui va bouleverser les modèles économiques tout autant qu’Internet l’a fait au cours des dernières décennies. Quiconque rejette cette idée en la considérant comme un engouement pour les joueurs et les nerds ferme les yeux sur les avantages d’une participation précoce.

Depuis que Mark Zuckerberg a annoncé sa mission Metaverse, celle-ci est devenue un véritable battage médiatique. Si Zuckerberg arrive à ses fins, une grande partie de notre vie sociale se déroulera bientôt dans le Metaverse. Cet avenir étant très probable au vu de l’évolution rapide des technologies, notamment dans les domaines de l’intelligence artificielle et de la réalité virtuelle, il est intéressant de jeter un coup d’œil à ce qui nous attend.

C’est quoi exactement le Metaverse ?

Ce qui se cache exactement derrière le « Metaverse » de Zuckerberg en particulier, nous le découvrirons certainement dans un avenir proche. Il n’existe pas de définition claire du « metaverse » en général.  On peut le comparer aux premiers jours d’Internet, où il n’y avait pas non plus d’idée précise de ce que nous percevons comme Internet aujourd’hui. D’une manière générale, le métavers est compris comme un monde virtuel qui, d’une part, est caractérisé technologiquement par la réalité virtuelle et la réalité augmentée et qui existe indépendamment des utilisateurs individuels. Contrairement à un jeu classique (en réalité virtuelle), que je commence et termine, l’existence du monde virtuel est permanente et les individus y entrent et en sortent pour y participer. Aujourd’hui, des plateformes telles que Roblox et Fortnite, qui ont le jeu à leur origine, sont comptées comme des métaverses.

L’économie dans le métavers

Outre les aspects sociaux, le métavers se caractérise par une économie numérique. C’est précisément la raison pour laquelle il est devenu si intéressant pour des marques comme Adidas, Nike, Gucci et Balenciaga au cours des derniers mois. Il s’agit bien plus que d’ouvrir de nouvelles opportunités publicitaires et de nouveaux canaux de vente pour leurs propres produits physiques. Des marchés entièrement nouveaux pour les produits numériques natifs émergent déjà dans le métavers, que les grandes marques veulent occuper. Si elles n’y parviennent pas, elles seront menacées par des marques natives numériques dont presque personne en dehors de la bulle n’a connaissance aujourd’hui. Ce qui peut sembler être une mauvaise blague pour beaucoup a le potentiel de devenir la nouvelle grande marque. Nous parlons de NFT comme BoredApe et CloneX. D’abord à la une des journaux en raison des montants apparemment horribles des ventes de NFT, ils sont rapidement devenus le symbole de statut de la communauté cryptographique et s’apprêtent maintenant à devenir eux-mêmes une marque. Que ce soit des motifs rationnels ou irrationnels qui conduisent à ces développements. Ils sont tous basés sur un comportement humain connu depuis longtemps. La seule différence avec le développement des marques traditionnelles est que l’émergence digitale native des marques est considérablement accélérée, voire disruptive. Pour comprendre pourquoi le positionnement de la marque dans le métavers contribue durablement au modèle économique, je vous recommande mon article « Crypto Assets – Un jeu de capital social« . La chaîne d’approvisionnement nativement numérique offre également l’opportunité de ce que l’on appelle la Creator Economy. En supprimant les obstacles tant du côté de la production que de la commercialisation, les créateurs peuvent pour la première fois interagir et effectuer des transactions directement avec les consommateurs. Grâce à la NFT et à la tokenisation, les droits d’auteur et les droits de propriété peuvent être fixés numériquement, de sorte que les modèles commerciaux numériques peuvent être nativement mis en correspondance avec eux, sans qu’il soit nécessaire de recourir à un médiateur dans le monde physique, comme c’est le cas aujourd’hui.

Pertinence au-delà de l’art et des jeux

Le metaverse ne concerne-t-il donc que les entreprises des secteurs du jeu, de l’art et des biens de consommation ? Au plus tard avec l’engagement d’entreprises comme Microsoft dans le Metaverse, cela devrait être clair : pas du tout ! Tout comme l’Internet est aujourd’hui une infrastructure de base pour toutes les entreprises, le Metaverse le sera aussi à l’avenir. Quelques exemples :

Avant la pandémie, les réunions en face à face étaient monnaie courante. Moi aussi, il m’arrivait de voyager toute la journée pour assister à une réunion d’une heure. Heureusement, cela a radicalement changé. Aujourd’hui, la collaboration numérique à distance est monnaie courante. Pourtant, la collaboration par vidéoconférence n’est pas encore totalement comparable à une réunion physique. Les technologies de RV et de RA vont considérablement améliorer l’expérience utilisateur des réunions en ligne. Mais plus encore, dans le métavers des entreprises, nous pourrons collaborer avec des collègues du monde entier comme si nous étions assis localement dans un bureau. Le siège physique de l’entreprise et « le bureau » ne joueront plus un rôle majeur.

Metaverse - Microsoft Mesh - Premier pas dans le metaverse
Metaverse – Microsoft Mesh – Premier pas dans le metaverse – Source : Microsoft

Le travail en équipes internationales deviendra une évidence dans le métavers, même pour les petites entreprises. La relation traditionnelle avec les employés va également changer. Ce que nous observons déjà dans l’économie des créateurs va se poursuivre. Les liens traditionnels avec un employeur seront progressivement remplacés par des réseaux de compétences dans lesquels les professionnels s’organisent pour effectuer des travaux dans le cadre de divers projets. Dans le recrutement, le « business self » numérique, c’est-à-dire le parcours de l’employé, jouera un rôle de premier plan. Les entreprises capables de recruter dans l’espace virtuel et d’intégrer les employés dans des équipes virtuelles bénéficieront d’avantages commerciaux considérables.

Les modèles d’entreprise existants vont également changer. Prenons l’exemple de l’industrie automobile. Ici, on travaille sur des concepts permettant de relier les mondes virtuels à la mobilité. Des entreprises comme Holoride s’attaquent déjà à ce marché aujourd’hui.

Metaverse - Expérience Holoride VR
Metaverse – Exemple d’expérience VR Holoride – Source: Holoride

Metaverse – La prochaine étape de l’évolution de l’internet ?

Le Metaverse est-il simplement un développement de l’Internet existant ? Malheureusement, il faut répondre à cette question par OUI et NON. À l’origine, Internet est conçu comme un réseau qui permet un échange ouvert de données et donc une croissance décentralisée grâce à l’interopérabilité des protocoles. Le metaverse dans l’esprit de Zuckerberg est plutôt une continuation des réseaux sociaux, qui attaquent déjà aujourd’hui la vie privée et l’autonomie des données des utilisateurs. Le metaverse étend l’idée des réseaux sociaux à presque tous les domaines de la vie. La participation d’un individu à un métavers existant en permanence est associée à l’émergence d’un soi numérique complet. Si une personne laisse une empreinte numérique sur l’internet par son comportement, sa personnalité numérique est créée dans le métavers. Même si l’on peut être n’importe quoi dans la vision du métaverse de Zuckerberg, tout est contrôlé par une entreprise privée. La liberté de choisir la couleur de peau de son avatar ne signifie pas la souveraineté sur ses propres données. Une telle conception du Metaverse n’est donc déjà plus un développement de l’idée d’Internet, car ici les protocoles ouverts et l’interopérabilité sont remplacés par des systèmes fermés qui contrôlent le soi numérique, c’est-à-dire l’identité de l’utilisateur. L’ouverture n’est créée qu’à des fins commerciales. Si le métavers est compris et mis en œuvre de cette manière, il peut être considéré comme une continuation menaçante des médias sociaux, ce qui peut conduire à un dilemme pour les droits humains fondamentaux.

Les efforts visant à créer un métavers ouvert basé sur les principes fondamentaux de l’Internet représentent une alternative à ce développement dystopique. La base en est le mouvement Web3.0 avec des approches décentralisées des identités numériques, des transactions et de la numérisation de la propriété.

Thomas Müller ist CEO und Mitbegründer des evan.network, einem Blockchain-basierten Unternehmensnetzwerk. Thomas ist Experte in dezentralen Technologien, verteilter Governance und der Entwicklung Ökosystem-basierter Geschäftsmodelle. Als Sprecher, Autor und Experte trägt er dazu bei, eine Wirtschaft nach den Prinzipien der digitalen Souveränität zu etablieren, in der Unternehmen, effizient, nachhaltig und sicher mit ihren Partnern kooperieren.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!