9 raisons pour lesquelles les gouvernements échouent dans la transformation numérique

Il existe de nombreuses raisons qui entravent l'innovation et la réflexion sur l'avenir au sein de nos gouvernements.

Que se passe-t-il quand rien ne se passe ? Les gouvernements sont des systèmes extrêmement complexes et il y a des raisons majeures pour lesquelles la plupart des gouvernements échouent à la transformation numérique.

Nous entendons constamment parler de la façon dont la technologie change le monde, de l’émergence de nouveaux modèles commerciaux et de ce que nous devons tous faire pour suivre le rythme rapide de ces changements. Il en va de même pour les récits de base de l’économie. Depuis que les grandes technologies (Apple, Google, Facebook, etc.) sont entrées en jeu, nous avons remis en question bon nombre de nos anciennes hypothèses, et nous avons appris qu’à l’ère de la vie numérique, des médias sociaux et de l’interconnectivité, le monde joue avec d’autres règles.

Mais nos gouvernements suivent-ils le mouvement ? – Je répondrais par un NON catégorique ! Ces dernières années, j’ai vu de nombreux gouvernements et agences gouvernementales essayer de se transformer. Mais la plupart du temps, j’ai constaté qu’il y avait toujours les mêmes problèmes et les mêmes récits de base sous-jacents qui détruisent tous les efforts de transformation. C’est pourquoi je vous présente aujourd’hui 9 des obstacles à la transformation numérique les plus courants pour les gouvernements.

9 raisons pour lesquelles les gouvernements échouent dans le domaine du numérique

1. L’aversion au risque – « Nous avons toujours fait comme ça ».

Je sais, ce n’est pas spécifique aux gouvernements, mais c’est un sujet très préoccupant. En raison des systèmes en place, nous constatons une adoption très lente, car la prise de risque n’est pas encouragée par les gens. Le système favorise les résultats stables et ne remet pas en cause le statu quo. En effet, tout écart par rapport à la « normale » représente un potentiel d’échec et un risque important pour les réélections, les carrières personnelles et peut-être aussi les bonus qui ont été conçus pour des objectifs différents.

2. Forte influence des lobbies

Il n’est pas surprenant que cet élément figure également sur la liste. Nous le voyons très bien lorsque des sujets comme « l’énergie verte », « la durabilité » et même « la numérisation » sont discutés. Le pouvoir du lobby est toujours dans l’ancienne économie, la représentation des entreprises nouvelles et disruptives est presque inexistante et donc l’influence principale vient des organisations existantes. Ces entreprises font tout pour mettre en place leurs intérêts afin que rien ne change. C’est pourquoi une grande partie du pouvoir gouvernemental est orientée vers les intérêts du lobby. Comme le système dépend la plupart du temps de ces activités de lobbying (financement des partis, sièges au conseil d’administration, accès aux emplois, etc.), cela incite fortement à laisser les choses en l’état et à ne jamais changer, même si cela serait plus logique.

3. Un personnel sous-qualifié

Comme dans tous les secteurs, les compétences requises sont sur le point de changer radicalement. C’est également vrai pour les gouvernements et les ministères. Mais en raison de la dynamique particulière des administrations publiques, il est difficile d’améliorer les compétences de la direction ou de la remplacer si nécessaire. Ainsi, les gens peuvent se sentir menacés par les changements et leur motivation intrinsèque est de conserver leur position et leur statut actuels, ce qui les pousse à bloquer toute initiative en faveur de nouvelles perspectives et de l’utilisation de nouvelles technologies. Cela conduit à des incitations erronées au sein du système, qui mènent à l’échec immédiat en cas de changement du statu quo.

4. « La politique de l’entreprise

Comme nous l’avons déjà mentionné, les personnes qui bloquent le changement sont la source principale de l’échec de la transformation. C’est le manque de compétences et de compréhension qui les effraie et le rôle dans la politique de l’entreprise. Ils forment généralement des alliés puissants au sein du système pour influencer systématiquement les décisions prises ou également les résultats de certains projets. Comme ce champ de mines politique est particulièrement difficile à aborder, il est très important de découvrir les principaux décideurs et leurs craintes face au changement. Ces craintes peuvent aller des craintes existentielles aux craintes liées aux perspectives (pas de promotion, etc.) en passant par les impacts financiers personnels.

5. Le pouvoir des faux-semblants

Depuis des dizaines d’années, les gouvernements du monde entier promettent des « agendas numériques », des « feuilles de route numériques » ou autres. Ce qui est triste, c’est que la plupart du temps, ces promesses ne sont faites que pour des raisons politiques et pour établir l’ordre du jour afin de faire d’un parti une « force motrice pour l’avenir », mais ne constituent pas une stratégie pour changer réellement quelque chose. Ce manque d’engagement, combiné au pouvoir des médias de se « satisfaire » d’un nouveau titre, conduit à se concentrer sur des « projets vitrines » au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes.

Nous voyons cette mentalité de projets vitrines presque partout dans le monde où les gouvernements commencent par un projet cloisonné qui a une forte opinion publique et qui est facile à communiquer. Le problème avec cette approche, c’est qu’il y a beaucoup de promesses combinées à une sous-distribution constante et une énorme perte d’argent. La plupart des systèmes sont construits comme une île et il manque presque toujours une vue d’ensemble.

6. Le fédéralisme – « Nous sommes mieux ici ».

Au cours de mes nombreuses années de discussions et de conseils aux gouvernements et aux ministères du monde entier, j’ai été confronté à un phénomène qui entraîne un gaspillage considérable d’argent sans aucun résultat : le fédéralisme pour les projets. Il existe des tonnes de projets que chaque pays, chaque région ou même parfois chaque ville doit « réinventer ». L’absence d’une approche holistique et le manque de combinaison des ressources conduisent à un grand nombre de solutions autonomes, un gaspillage d’argent mais aussi des taux d’adoption très faibles car l’effet de réseau ne fonctionnera jamais vraiment.

En particulier lorsque l’on considère les solutions qui ont besoin de nouvelles solutions disruptives et aussi le pouvoir des écosystèmes numériques, ce manque d’approche holistique entrave la croissance dans l’ensemble.

7. Se concentrer sur la « conformité légale » au lieu de la « réussite du client ».

Que se passe-t-il lorsque les solutions ne sont développées qu’avec la peur des problèmes en tête ? – Elles cessent d’exister.

C’est exactement ce qui se passe lorsqu’il s’agit d’innovation dans la plupart des agences gouvernementales. La crainte des problèmes et des pièges juridiques est si grande que le résultat et les gains pour leur « client », nous, les gens, sont totalement ignorés. Ils se concentrent sur la production de solutions légalement acceptables, mais ils oublient ce que le client veut réellement et quand l’utiliser. Il s’agit d’une vision erronée de la solution, qui devrait être remplacée par une vision du problème « centrée sur le client ».

Il ne s’agit pas d’un comportement illégal mais surtout d’une nouvelle façon de penser. Un processus où le problème est abordé et les solutions sont réfléchies avant que la « peur du juridique » ne bloque toute innovation. Le juridique doit faire partie du processus, mais il vient après avoir trouvé les bonnes solutions sans bloquer le processus de recherche de solutions lui-même.

8. Faible taux d’adoption – mauvais champ d’application

Comme nous l’avons souligné précédemment, la « centralité du client » est un énorme problème. Cela conduit également à des taux d’adoption faibles et, la plupart du temps, à l’annulation du projet. Il s’agit d’un cercle vicieux car plus les projets échouent, plus les décideurs ont le pouvoir de dire « nous avons toujours fait comme ça, ne changez rien, le numérique ne fonctionne pas ».

Le faible taux d’adoption n’est pas dû au manque d’argent pour le marketing ou le soutien extérieur, car la plupart des projets bénéficient d’un soutien solide de la part des autres parties concernées. Elle est due à des idées fausses sur ce que veulent les citoyens et sur la manière dont cette solution peut apporter une valeur ajoutée dans de nombreux domaines et pas seulement pour un problème spécifique.

9. Absence d’un plan pour l’écosystème numérique

La conclusion la plus fascinante est qu’il n’existe pratiquement pas de plan pour créer un écosystème gouvernemental. Nous voyons que de tels systèmes sont mis en œuvre dans certains pays du monde, mais il est encore assez inquiétant de voir combien de pays manquent d’innovation et de plans d’écosystème numérique gouvernemental pour intégrer réellement les services numériques comme nouvelle norme.

Ce chaînon manquant et l’absence d’approche holistique condamnent la plupart du temps les projets dès le départ. Ainsi, avant même de commencer un projet, cela pourrait être un indicateur fort qu’aucun des points mentionnés ci-dessus ne doit être présent pour indiquer que les projets de transformation vont échouer.

Un nouveau mode de pensée est nécessaire

La politique était autrefois un modèle réactif. Il faut que la situation soit mauvaise pour qu’elle soit bonne ou que les gens en parlent. Mais nous devons penser le rôle du gouvernement différemment. Où sont les externalités à l’avenir, où évoluent les inefficacités du marché et ce qui est le mieux pour l’ensemble de la société. L’innovation numérique et, en particulier, les nouveaux modèles commerciaux perturbateurs apportent beaucoup de fortune à un nombre limité d’entreprises et de personnes, le réchauffement climatique affectera les pays du monde entier, la surpêche et l’épuisement des ressources affecteront toutes les économies du monde. La concurrence mondiale pour obtenir des taxes réduites, l’évasion des émissions de carbone, les pénuries de ressources mondiales, mais aussi les problèmes sociaux sont en passe de devenir une véritable menace pour la stabilité du monde.

Pour éviter le chaos, les gouvernements doivent montrer la voie et ne pas attendre qu’il soit trop tard. La collaboration à grande échelle, au niveau international et avec de nombreuses parties prenantes, ainsi qu’une réflexion globale et holistique sont les clés d’un avenir prospère et réussi.

Changer les systèmes complexes – 3 étapes clés pour faire face aux problèmes complexes

Perspectives sur les gouvernements et la transformation numérique

Nous constatons qu’il existe une longue liste de choses qui peuvent mal tourner lorsqu’on essaie de transformer les gouvernements et la façon dont ils servent leurs citoyens. Changer des structures aussi complexes est une tâche qui ne s’effectue généralement pas uniquement de l’intérieur.

Il faut un changement structurel dans la façon dont les gouvernements, les ministères et les agences travaillent ensemble et quelles doivent être les principales incitations. La technologie nous entoure et les entreprises doivent changer, mais aussi les gouvernements. Malgré les économies potentielles et la meilleure adaptation à une économie en mutation, il est également important de mettre en place cette gestion du changement gouvernemental lorsque nous devons relever les nouveaux défis de l’avenir, tels que la main-d’œuvre hypermobile, les chaînes de valeur en ligne dans le monde entier, la durabilité, l’allocation des ressources, la sécurité sociale et bien plus encore.

CEO & Founder of MoreThanDigital. Serial entrepreneur since he successfully founded his first companies at the age of 13. He has always questioned the "status quo" and is committed to innovation, disruption and new ideas. As International keynote speaker, consultant for companies and governments & states, lecturer and published digital transformation expert, Benjamin tries to advance the topics of digitalization, digital transformation and innovation internationally.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More