La numérisation comme opportunité : 5 thèses sur la façon dont elle contribue au Leadership 4.0

Un regard sur la nouvelle culture de leadership numérique et sur les opportunités offertes par la numérisation

Les changements massifs de l’ère numérique entraînent les dirigeants dans un nouveau monde, qu’ils le veuillent ou non. Nous avons besoin d’une nouvelle perspective sur le leadership si nous voulons contribuer à façonner le changement au lieu d’y être exposés en nous plaignant. Dans cette optique, j’ai formulé 5 principes directeurs qui placent le leadership dans un nouveau cadre de référence. Je voudrais donner des impulsions aux débutants qui n’ont guère abordé le sujet jusqu’à présent.

Les changements massifs de l’ère numérique entraînent les dirigeants dans un nouveau monde, qu’ils le veuillent ou non. Le leadership en tant que tâche dans une structure hiérarchique devient le leadership en tant que valeur directrice dans l’autogestion d’une personne.

5 principes directeurs pour une participation active

Nous avons besoin d’une nouvelle perspective sur le leadership si nous voulons contribuer à façonner le changement au lieu d’y être exposés en nous plaignant. Dans cette optique, j’ai formulé 5 idées clés qui placent le leadership dans un nouveau cadre de référence. Je voudrais donner des impulsions aux nouveaux arrivants qui n’ont guère abordé le sujet jusqu’à présent et lancer une discussion plus approfondie.

1. Plus de sensibilisation au lieu de plus de connaissances

En fait, il n’est pas encore arrivé partout : La numérisation n’est pas un projet informatique !  La numérisation est « seulement » un mot pour le changement de paradigme global qui se produit à l’échelle mondiale. Depuis des années, nous connaissons l’effondrement des structures dans divers domaines, systèmes et niveaux.

Sur le plan politique, les structures se désagrègent : le bloc de l’Est, le Mur, les alliances d’États se sont dissous. Qui aurait cru que la réunification serait possible ?

Dans le secteur médical, des paradigmes qui semblaient immuables sont en train de tomber : L’épigénétique prouve que les gènes ne sont pas le destin. Nous tenons chaque jour entre nos mains les clés de l’expression des gènes – ce qui signifie que nous décidons nous-mêmes si une maladie se déclare ou non.

La communication devient sans frontières grâce aux médias sociaux. En un clic de souris, nous pouvons contacter des personnes qui étaient autrefois cachées derrière des barrières insurmontables.

La puissance de traitement des ordinateurs double tous les 2 ans selon la loi de Moore. Les connaissances doublent au moins tous les 5 ans. Et il n’est plus caché derrière les portes de la tour d’ivoire. Le principe « la connaissance est le pouvoir » ne s’applique plus.

Lorsqu’une information n’est qu’à 5 clics de souris, il s’agit de trouver et d’appliquer les connaissances. Savoir-faire ! La tour d’ivoire a été brisée et nous y avons librement accès. La seule chose qui compte est de savoir si elle nous intéresse suffisamment.

Nous n’avons pas besoin de plus de connaissances, car elles croissent déjà de manière exponentielle, comme la puissance de calcul de la loi de Moore.

La numérisation n’est pas un projet informatique ! Nous sommes au milieu de l’effondrement du vieux monde. Et nous devrions cultiver la pensée pionnière. Nous pouvons modeler les bouleversements avec plus de conscience. Cela nécessite une conscience dite supérieure qui tient compte du fait que tout est connecté. Une prise de conscience des connexions systémiques et intérieures du monde et de la façon dont nous entretenons ce monde.

Par-dessus tout, nous avons besoin de plus de Savoir-Pourquoi au lieu de Savoir-Comment.

2. Équilibre de la vie au lieu de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Une conscience supérieure relie au lieu de diviser. Avec le début de l’industrialisation, nous avons commencé à diviser le travail et la vie. Ce n’était pas le cas auparavant dans la société rurale.

C’est pourquoi nous parlons aujourd’hui de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Malheureusement, ce qui semble utile n’est qu’un symptôme d’une séparation malsaine entre le travail et la vie. Nous créons un déséquilibre afin de le rééquilibrer ensuite à grands frais.

Pourquoi ne pas donner plus de qualité à la vie en général ? Les dirigeants qui ne parviennent pas à concilier travail et vie privée ne pourront pas initier une qualité de performance durable dans leur entreprise et parmi leurs employés. Car la loi de la résonance s’applique également ici.

Le manque d’équilibre ou d’autonomie se répercute de la tête au corps – au niveau de l’entreprise comme au niveau personnel. Le poisson pue de la tête, comme le dit le proverbe. La solution : illustrer l’équilibre de la vie. Cela crée des employés satisfaits dans l’équipe, qui se gèrent également bien. Cela crée plus d’avantages pour tout le monde : les employés, les cadres et l’entreprise.

3. Droit à la participation au lieu du droit au travail

Le droit au travail est un postulat de l’époque de l’industrialisation. La numérisation va encore l’affaiblir. À l’heure actuelle, on tente toujours de générer davantage de travail en stimulant l’économie par des incitations à la consommation.

Mais la revendication du plein emploi appartient à l’époque révolue de la révolution industrielle. Il n’y aura plus assez de travail pour tout le monde. Nous devons redéfinir le travail.

La robotique, l’IA et d’autres technologies réduisent la quantité de travail. En contrepartie, le besoin de travail qualitatif s’accroît.

Cela nécessite une énorme remise en question. La possession de biens sera remplacée par une utilisation plus significative des biens. Au lieu de permettre la propriété des choses par le travail, nous assurons la participation à l’utilisation des choses par la création de valeur.

Le partage de l’économie n’est pas une tendance, mais l’avenir du travail durable. Cette planète ne peut tolérer une consommation encore plus importante. Cette planète doit renoncer à une croissance économique permanente, car ses ressources sont non seulement limitées, mais déjà épuisées dans de nombreux domaines. Essayer de créer plus de travail avec plus de consommation, c’est faire marche arrière.

Nous n’avons pas besoin de plus de choses. Nous avons besoin d’une répartition plus équitable de l’utilisation des choses. La numérisation crée les outils nécessaires à cet effet. 4.

4. Le leadership en réseau remplace le leadership hiérarchique

Les structures hiérarchiques ont largement fait leur temps. La numérisation permet la participation des utilisateurs, des producteurs et des responsables à tous les niveaux. Cela signifie que les structures habituelles vont disparaître.

À une époque où il est possible de partager toutes les informations dans le monde entier, le pouvoir des cellules individuelles disparaît. Il n’est plus impératif que les éléments d’une chaîne de valeur au sein d’une même entreprise soient organisés sous une même structure de gestion. Une entreprise n’est plus nécessaire pour une entreprise significative ; tout ce dont on a besoin, c’est d’une organisation basée sur des projets et dirigée par un leader agile.

Le leadership se définit moins axé sur l’organisation comme une pyramide avec un individu (ou un petit élément organisationnel) au sommet. Le leadership se définit davantage comme étant axé sur les processus en fonction des réseaux de neurones qui sont également utilisés dans l’IA pour cartographier efficacement des dynamiques complexes.

Cela signifie que ceux qui sont capables de travailler en réseau de manière efficace et axée sur les résultats sont bien placés pour le monde numérique.

5. Un leadership réussi grâce à l’autodétermination

Si vous ne pouvez pas vous diriger vous-même, vous ne pourrez pas diriger les autres. Alfred Herrhausen l’a déjà dit – et c’est toujours valable aujourd’hui. Nous vivons tous dans un monde VUCA incertain et troublant. Les dirigeants, en particulier, doivent faire preuve d’une grande capacité d’adaptation aux changements constants et d’une grande résilience personnelle. La santé personnelle devient un facteur puissant d’autonomie.

Les travaux de l’économiste Nikolai Kondratieff en sont la preuve. Il a identifié les longs cycles de développement économique en référence à une technologie clé. Le « 5e Kondratieff » a connu son apogée dans les années 80-90 et a tiré son énergie du développement de l’informatique. Le monde est devenu un village d’information.

Actuellement, les économistes qui poursuivent cette théorie voient le cycle du 6ème Kondratieff caractérisé par la santé psychosociale et la biotechnologie. Ils excluent explicitement le secteur classique de la santé ici parce qu’il considère les humains comme des biomachines et qu’il n’a pas fait le lien avec les découvertes de la physique et de la physique quantique. En termes simples : les gens sont responsables de leur propre santé et du maintien de leurs performances. La santé psychosociale ! Cela signifie que l’effet de levier ne provient pas d’une évolution technique, mais d’un comportement, d’un mode de vie. L’ampleur de cet effet de levier se verra à l’avenir.

Les leaders agiles se dirigent eux-mêmes et dirigent indirectement leur équipe en étant également des modèles en matière de responsabilités dans le domaine de la santé. Voir la thèse 2.

Conclusion

La mondialisation et la numérisation nous relient dans de nouvelles structures. Si nous plaçons cette réalisation dans un autre cadre de référence, alors la phrase « nous sommes tous connectés, nous sommes tous un » ne peut plus être comprise spirituellement. Cette phrase reflète donc le monde tel que nous le vivons aujourd’hui.

Nous fonctionnons comme dans un hologramme où chaque partie est une version réduite de l’ensemble. Nous sommes tous pleinement responsables de nous-mêmes, de notre travail et de nos résultats – et de la manière dont nous traitons cette planète.

La numérisation est la plus grande tâche de conception de notre temps, écrit Karl-Heinz Land in Earth 5.0. La question cruciale sera de savoir avec quelle attitude les gens acceptent ce défi.

Créons donc une nouvelle culture de leadership avec des dirigeants authentiques qui sont à la hauteur de leur fonction de modèle et deviennent des co-créateurs actifs de changement sur la base de l’intelligence émotionnelle et avec les valeurs appropriées. C’est ce que j’appelle le Leadership 4.0.

Ava Hauser navigiert Führungskräfte durch die Stromschnellen massiven Wandels. Führung 4.0 versteht sie als die optimierte Verbindung von Selbstführung und Führung in Zeiten der Digitalisierung. Mit 20 Jahren Erfahrung im Coachingbusiness hat sie dafür ein Programm entwickelt, das ungenutzte Ressourcen aktiviert und die Selbstführung verbessert. So meistern Leader die Herausforderungen und erreichen bessere Resultate ohne persönliche Reibungsverluste. Sie ist Keynote Speaker und Expertin für [Selbst]Führung und Highperformance.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More