L’intelligence artificielle – miracle de la technologie ou de l’art ?

Comment les entreprises utilisent les technologies intelligentes et la diversité pour favoriser l'innovation et l'autonomisation numérique

L’homme veut faire plus que simplement optimiser avec la technologie numérique. Il veut accroître ses connaissances et créer quelque chose de nouveau. L’intelligence artificielle (IA) explore la question de ce qui constitue l’être humain à son centre : Y a-t-il une âme ? Comment l’esprit atteint-il la conscience ? Les machines intelligentes promettent de répéter le rêve de la création : l’homme reproduit sa propre origine. Il veut comprendre d’où il vient. Empêchez-le de partir. L’intelligence artificielle et les entreprises innovantes sont censées aider.

L’homme veut faire plus que simplement optimiser avec la technologie numérique. Il veut accroître ses connaissances et créer quelque chose de nouveau. L’intelligence artificielle (IA) explore la question de ce qui constitue l’être humain à son centre : Y a-t-il une âme ? Comment l’esprit atteint-il la conscience ? Les machines intelligentes promettent de répéter le rêve de la création : l’homme reproduit sa propre origine. Il veut comprendre d’où il vient. Empêchez-le de partir. L’intelligence artificielle et les entreprises innovantes sont censées aider.

L’intelligence artificielle est l’avenir. Elle rapprochera notre rêve d’une vie durable en harmonie avec les ressources de la nature. Des systèmes de gestion du travail très efficaces nous apporteront plus de confort dans notre vie quotidienne. L’intelligence artificielle augmentera la prospérité mondiale, combattra les carences en matière de santé et favorisera l’auto-optimisation de l’humanité. L’intelligence artificielle nous rapprochera en tant qu’espèce, mais elle apportera aussi plus de régulation à nos sociétés. Il explorera l’espace avec nous et créera de nouveaux outils militaires de destruction d’une précision sans précédent.

L’intelligence artificielle, une technologie clé du 21e siècle

« L’intelligence artificielle pourrait être l’une des inventions les plus utiles de l’humanité », annonce « Deep Mind » de Google, sans doute la société de recherche la plus connue dans le domaine de l’IA. Partout dans le monde, il existe des projets révolutionnaires d’IA appliquée de manière pratique qui présentent de vastes avantages pour la société : diagnostics médicaux plus précis grâce à la radiomique, assistants numériques pour le contrôle de projets complexes à grande échelle, contrôle intelligent du trafic grâce à des feux de circulation optimisés pour l’IA, systèmes d’auto-apprentissage pour une gestion énergétique précise des bâtiments, plates-formes de capteurs pour la surveillance environnementale à grande échelle ou la sécurité alimentaire grâce à une surveillance transparente en temps réel des chaînes logistiques.

La politique et les entreprises ont reconnu l’intelligence artificielle comme une technologie clé qui sera décisive pour la compétitivité internationale à l’avenir. Partout dans le monde, des stratégies nationales d’IA sont adoptées pour soutenir la recherche et le développement, le savoir-faire, la promotion des jeunes talents et la mise en réseau internationale avec des investissements se chiffrant en milliards – les États-Unis et la Chine en tête – qui se disputent la suprématie mondiale en matière d’IA. Malgré l’énorme potentiel de cette technologie, toutes les entreprises n’intègrent cependant pas efficacement l’intelligence artificielle dans leur stratégie et leurs processus.

40% des entreprises qui investissent de manière significative dans l’IA ne parviennent pas à en mesurer le succès. Pourquoi les initiatives d’IA échouent-elles ? La complexité et le risque de l’IA sont sous-estimés. On manque de courage pour une gestion globale du changement, on investit trop peu dans les compétences numériques des employés. De plus, les attentes à l’égard de cette technologie sont fausses : Homo Deus associe la recherche d’un bénéfice collectif à une croyance religieuse dans le dessein intelligent. Au lieu d’être un outil d’amélioration du potentiel individuel et de collaboration conjointe, l’intelligence artificielle devient un appareil de surveillance anonyme qui dicte le travail. L’individualisme, la maturité et l’esprit d’entreprise sont mis de côté. D’où vient cette idée fausse et comment la combattre ?

L’homme est la meilleure machine

L’intelligence artificielle est un ensemble très complexe, mais en tant que mot à la mode, il est souvent difficile à délimiter. Selon Alan Turing, l’intelligence artificielle fait référence à la capacité des ordinateurs et des programmes de traitement des symboles des machines à imiter le raisonnement humain. Cette idée découle du concept moderne de l’homme en tant que machine, qui a émergé avec le début de la science moderne au 17e siècle. En tant que domaine de recherche actuel en informatique, l’intelligence artificielle désigne l’automatisation du comportement intelligent et de l’apprentissage machine. L’intelligence artificielle est également une théorie scientifique de l’esprit qui explore le problème de la définition, de la représentabilité schématique et de l’extensibilité de l’intelligence. Le sujet est multidimensionnel et interdisciplinaire : les points de vue de différents domaines tels que la robotique, la neurobiologie, la psychologie et la philosophie convergent. Enfin, l’intelligence artificielle est définie comme l’ensemble des technologies et des applications qui peuvent simuler un comportement intelligent. Une distinction est faite entre l’IA faible et l’IA forte.

Une IA faible convainc par sa vitesse de procession

L’IA faible, également connue sous le nom d’Intelligence Artificielle Étroite (ANI), prend en charge les processus de pensée pour des problèmes faciles à schématiser. Les opérateurs algorithmiques pour le traitement des données exécutent automatiquement des tâches préprogrammées. Le terme ne fait pas de distinction claire entre matériel et logiciel – il désigne généralement des systèmes ou des programmes informatiques destinés à permettre à des machines d’effectuer des tâches de renseignement. Plus précisément, l’IA faible se réfère aux applications existantes de l’automatisation et de la numérisation technologiques : systèmes robotiques dans les usines, drones (partiellement) autonomes dans l’armée et l’agriculture, analyse des marchés boursiers et détection des fraudes par IA dans le secteur financier, publicité programmatique dans le marketing, systèmes de reconnaissance automatique de la voix et de l’image et chatbots dans les services et les ventes.

L’énorme avantage d’une IA faible est sa vitesse de traitement : les transistors des ordinateurs modernes fonctionnent des millions de fois plus vite que le cerveau humain. Les architectures logicielles intelligentes réalisent déjà aujourd’hui d’énormes évaluations qui dépassent la précision de la résolution des problèmes humains dans de nombreux domaines. Grâce à un apprentissage approfondi et à des réseaux de neurones artificiels, une IA faible peut non seulement communiquer et faire des déductions logiques, mais aussi dériver de nouveaux ensembles de règles par elle-même. La performance d’une IA faible dépend des quantités souvent énormes de données – Big Data – dont elle est alimentée pour en tirer des enseignements. Les inconvénients d’une IA faible : elle est extrêmement sujette aux erreurs en raison de sa nature matérielle. Elle ne peut pas (encore) avoir ses propres expériences, ce qui est essentiel à l’apprentissage humain. Elle n’existe pas dans son propre contexte culturel, comme l’a fait remarquer Hubert Dreyfus, critique d’Amnesty International, dans les années 1970. Elle n’a donc aucune intuition qui lui permette d’examiner et d’évaluer les faits dans le cadre d’un tableau global plus large.

IA puissante – superpuissance technologique ou terminateur dystopique ?

L’IA forte, également appelée Intelligence Générale Artificielle (AGI), est la notion d’une intelligence artificielle qui peut comprendre ou apprendre toute tâche intellectuelle aussi bien qu’un humain. Contrairement au renseignement faible fermé, il est ouvert en ce sens qu’il laisse la détermination initiale prédéterminée et agit de manière autonome. La question de savoir quand et si nous atteindrons un jour cet état est un sujet de débat parmi les chercheurs en IA, mais certains – notamment le futuriste américain Ray Kurzweil – pensent que cela se produira d’ici le milieu du 21ème siècle. Une fois cet état atteint, disent-ils, le chemin vers une IA superpuissante, ou super-intelligence artificielle (ASI), sera court : cette intelligence artificielle dépassera les humains en termes de puissance cognitive. Selon le philosophe d’Oxford Nick Bostrom, cette superintelligence affrontera les humains soit comme un oracle, un génie ou un souverain. Certains craignent même que l’augmentation démesurée des capacités cognitives de l’homme à l’aide de machines ne provoque une explosion de l’intelligence qui menace fondamentalement, voire détruit l’existence de l’homme – « Skynet » vous envoie ses salutations. Perspectives d’avenir réalistes ou conte de fées technologique ?

L’émergence d’une écologie de l’intelligence au lieu de la singularité technologique

La prudence est de mise lorsqu’on fait des prévisions à court terme sur l’avenir, car les gens ont toujours surestimé les technologies de leur temps. Au milieu du XIXe siècle, les utopistes rêvaient de créer dans un délai très court des usines automatisées qui se débrouilleraient avec un minimum de travail humain. Même à cette époque, ces visions progressistes s’accompagnaient de la crainte d’un chômage dramatique et d’un effondrement social. En ce qui concerne l’explosion imminente des services de renseignement, des voix plus prudentes s’élèvent également. Le physicien américain et prix Nobel Frank Wilczek suppose plutôt une « co-évolution » durable qu’une soi-disant singularité technologique. Selon Wilczek, il y aura toute une écologie de différents types d’intelligence puissante en interaction les uns avec les autres pendant de nombreuses décennies. Cela donnerait aux humains suffisamment de temps pour développer des règles morales pour l’éthique numérique en relation avec l’IA par l’apprentissage en interaction pratique.

D’ailleurs, la soi-disant singularité technologique, qui se réfère au moment théoriquement supposé où une intelligence artificielle surpasse l’intelligence humaine, ne doit pas être confondue avec la suprématie quantique. Il s’agit du point auquel un ordinateur quantique peut effectuer des tâches qu’un ordinateur travaillant avec des algorithmes classiques ne peut pas calculer. Plus précisément, un certain nombre d’entreprises telles qu’IBM et Intel travaillent sur ce projet avec les ordinateurs quantiques existants. Google et la NASA ont récemment postulé la suprématie quantique comme étant acquise, mais les preuves scientifiques n’ont pas encore été fournies.

L’art du renseignement consiste en l’interaction d’unités décentralisées

Il y a quelque temps, l’expert en éducation Jörg Dräger a suggéré de remplacer le terme « intelligence artificielle » par « intelligence augmentée » pour éviter les malentendus dans le débat éthique autour de l’IA. Qu’est-ce qui ne va pas avec le terme d’intelligence artificielle ? Elle suggère que l’intelligence des machines peut remplacer l’intelligence humaine. Pourtant, la compréhension de l’intelligence dans le débat public est unilatéralement scientifique. Outre l’intelligence mathématique-logique, il existe cependant d’autres intelligences au moins aussi cruciales pour le comportement humain : l’intelligence émotionnelle, qui utilise les sentiments comme instance d’évaluation pour hiérarchiser les faits et les événements, et l’intelligence sociale, qui pèse les décisions dans un large rayon de relations interactives entre les individus et les collectifs.

Les recherches actuelles en IA et le développement de la robotique s’intéressent déjà à la mesure dans laquelle les émotions et les affects permettent de prendre des décisions plus rapidement que le jugement rationnel. Néanmoins, le débat actuel sur l’intelligence artificielle part d’une notion dépassée de l’identité qui considère le cerveau comme une unité centrale de commutation et de commande qui agit du haut vers le bas. Mais le cerveau n’est pas un supercalculateur mathématique qui contrôle le corps. En fait, elle est beaucoup moins autonome. La performance de la pensée dépend de facteurs physiques tels que les bactéries intestinales ; les hormones influencent notre humeur et nos compétences cognitives. Nous sommes facilement manipulés par des circonstances extérieures et nos souvenirs sont souvent défaillants.

Alors pourquoi sommes-nous si efficaces malgré cela ? Peut-être précisément parce que le cerveau peut agir de manière décentralisée. La théorie de l’apprentissage du connectivisme affirme qu’au lieu d’un ego central qui contrôle, de nombreuses unités autonomes prennent des décisions, générant ainsi des comportements complexes. Le chercheur en IA Marvin Minsky, dans The Society of Mind, décrit une société de sous-intelligences qui coopèrent en négociant entre elles leurs points de vue limités et conflictuels. La conscience, en tant que foule diversifiée d’agents intérieurs, suit la compréhension pragmatique selon laquelle les gens ne suivent pas de règles logiques et programmables, mais grandissent et apprennent par essais et erreurs et par expérience. Si l’intelligence dans le postmodernisme n’est plus comprise comme une substance mais comme une différence constitutive de connexions multiples, alors il n’est pas non plus très logique d’expliquer l’intelligence à partir d’un modèle biologique-positiviste.

Digression : La plus haute conscience – tout ou rien ?

Une augmentation de l’intelligence mathématique produit-elle une conscience ? À peine. Pour cela, il faudrait que le processus de pensée et de conscience soit un seul et même processus. Mais nous ne comprenons pas du tout comment la pensée et la conscience sont liées. Qu’est-ce donc que la conscience ? Une réflexion sur soi-même ? Une « pollution mentale créée par la mise à feu de réseaux neutres complexes », comme le prétend Yuval Noah Harari dans Homo Deus ? Une illusion ? Ou de l’empathie après tout ?

Quelle est la connexion entre le cerveau et la conscience ? Depuis les expériences menées sur des patients épileptiques dont les hémisphères cérébraux ont été chirurgicalement séparés – les patients dits « split-brain » – on sait qu’une personnalité cohérente existe sans connexion physique du cerveau. Les patients atteints de maladies cérébrales telles que la démence ont une conscience de leur ego intacte même s’ils ont perdu une grande partie de leur mémoire. Les expériences d’hypnose prouvent que les gens peuvent être amenés, par suggestion, à supprimer brièvement leurs impulsions cérébrales et même à oublier des choses bon gré mal gré. Quel pouvoir contrôle la conscience ? Ou, pour reprendre l’expression d’Aristote, quelle forme prend l’âme pour modeler la matière du corps comme une possibilité consommée ?

« Je pense, donc je suis« , nous a appris Descartes. Est-ce vrai ? La pensée est-elle quelque chose d’élémentaire ou simplement une expérience cognitive que la conscience possède ? La philosophie de la Grèce antique, qui est le fondement de notre pensée moderne, considérait le mouvement de l’âme comme le fondement harmonieux de la vie. La philosophie moderne a séparé l’esprit et la perception sensorielle. Le dualisme humaniste et le problème corps-esprit ont émergé : l’homme, en tant qu’être rationnel et gloire suprême de la création, se distingue des animaux en plaçant l’esprit en premier. La compréhension d’une raison divine inspire aujourd’hui les passionnés de science-fiction à croire qu’il suffit de télécharger le cerveau d’une personne sur un ordinateur pour stocker sa personnalité.

Mais il existe des points de vue très contradictoires sur ce qui constitue le plus haut terrain actif de l’homme ou du vivant. Les religions asiatiques telles que le bouddhisme comprennent la conscience différemment de la philosophie occidentale. La conscience la plus élevée est une résolution de la pensée. La véritable unité du moi spirituel ne peut être atteinte que par l’immersion méditative et le vide mental. La conscience dualiste, en revanche, qui génère des modèles mentaux à l’aide des perceptions des organes des sens, est limitée et incomplète : elle est séparée de la sagesse globale (Prajñā) qui imprègne le monde et ne peut être expérimentée que par l’intuition directe. Dans quelle mesure l’expérience de l’oubli est-elle nécessaire au progrès et à l’innovation, pour nous faire prendre conscience de notre spiritualité particulière ?

Technologie et art – les deux faces de la médaille de l’innovation

Notre concept d’intelligence artificielle est incomplet car il n’inclut pas une compréhension de l’inspiration. Pour allumer l’étincelle d’inspiration, il faut avant tout du chaos, de la curiosité et le sens de l’aventure. Pour déclencher la création, la spontanéité est nécessaire. Elle ne peut être réalisée que par le biais de jeux et non par la pratique quotidienne. Platon savait déjà que la condition de base de la connaissance est la capacité d’imaginer, la fantasie. Pour cela, il faut avant tout des capacités telles que l’imagination, l’autonomie et la qualia – le sentiment subjectif. La technologie ne se révèle pas, l’art le fait. Si l’intelligence artificielle doit nous dire quelque chose sur le mystère de l’humain, elle doit garder nos rêves, nos fantasmes et nos souvenirs. Si l’intelligence artificielle doit devenir un vaisseau auquel nous confions notre être, alors elle doit être notre aura.

Qu’est-ce que l’art ? Comme l’homme lui-même, elle est contradictoire et imprévisible. Elle n’a pas besoin de s’expliquer pour obtenir ses plus grands effets. Elle est aussi difficile à décrire que la beauté, mais elle a beaucoup en commun avec elle. Elle ne s’intéresse pas à l’utilité ; elle vise uniquement l’effet esthétique et émouvant de l’ensemble du tableau, qu’il soit édifiant, éducatif ou dérangeant. Elle ne se laisse pas enfermer, mais se caractérise par l’ambiguïté et une préférence pour le mystère. Elle veut montrer l’homme dans son intégralité : beau et hideux, cruel et gentil. Ce faisant, elle est ambitieuse, totalement convaincue d’elle-même et en même temps désintéressée. Elle veut créer quelque chose d’unique et pourtant toucher tout le monde avec. Comment y parvient-elle ? L’art est une expression radicale du singulier et en même temps elle exagère toujours son travail en général. Elle souhaite l’échange et le dialogue, mais elle veut aussi changer, inspirer, défier. Pour cela, elle est constamment à la recherche de l’inconnu, qu’elle rend visible en s’aliénant le familier. Il joue avec notre perception de soi et fait de nouvelles offres d’identité.

L’innovation est souvent entourée par le mythe de la nouveauté absolue. Mais l’absolument nouveau n’est qu’une figure de pensée théorique qui donne une essence à ce rêve séduisant. L’innovation pratique, en revanche, n’est rien d’autre que la recombinaison de solutions connues dans un domaine étranger au sujet sous la condition d’une similitude structurelle. La véritable innovation ne peut fonctionner qu’avec l’inclusion de la diversité et de la collaboration interdisciplinaire qui brise les schémas de pensée ancrés avec des impulsions venant de l’extérieur de la discipline. Les techniques artistiques peuvent contribuer à rendre visibles les relations d’analogie en créant des images par le biais d’une esthétique créative.

L’IA comme stimulus artistique pour l’apprentissage physique et mental

Les projets d’innovation ne sont pas deus ex machina. Ils réalisent avec succès les tendances du temps qui possèdent quelque chose comme une nécessité évolutive intérieure qui peut être expérimentée mais non formalisée rationnellement. Que vous l’appeliez Dieu, World Soul, Elan vital ou Zoé – il existe une unité de vie en mouvement qui ne peut être saisie par une décomposition algorithmique objectivable en intervalles, mais qui n’est incorporée que par la contemplation individuelle. Si l’intelligence artificielle doit être innovante, elle doit non seulement être capable d’imiter une expérience holistique avec tous les sens, mais aussi révéler de manière transsubjective « l’embrasement de l’être dans l’imagination », comme l’a décrit le naturaliste et philosophe Gaston Bachelard, l’existence de l’image poétique. Selon Bachelard, cependant, le pouvoir créatif original et l’attitude éthique de base sont pré-linguistiques :

„L’âme donne la consécration. C’est la force élémentaire ici. C’est la dignité humaine.“ (Gaston Bachelard: Poetik des Raumes, 1957)

Comment, dès lors, réunir la superpuissance cognitive et l’inspiration créative alimentée par l’imagination subjective ? Regardons en arrière : les temps modernes comprennent la maîtrise de la mémoire comme une pratique et un entraînement, c’est-à-dire comme la maîtrise de compétences techniques. Dans l’Antiquité, cependant, le concept de technique n’était pas encore séparé de celui d’art : la téchne comprenait à la fois la fabrication et la production ainsi que les œuvres de ce que l’on a appelé plus tard les arts supérieurs, comme faire de la musique, écrire de la poésie et maîtriser la rhétorique. La maîtrise consistait non seulement à suivre des règles formelles données, mais aussi à improviser de manière créative, ce qui permettait de produire des variations individuelles. Seule la culture linéaire et alphabétique de l’imprimerie a élevé les techniques de répétition et d’uniformité au rang de principe le plus élevé, qui déterminent encore aujourd’hui notre vision mécaniste du monde.

Les cultures simultanées très complexes comme le Net exigent cependant d’autres qualités : au lieu de programmer exactement tous les facteurs, il est plus efficace de généraliser et de pondérer les facteurs individuels, en ignorant les aspects non pertinents, pour parvenir à une meilleure compréhension. L’intelligence artificielle qui doit réussir à maîtriser l’espace numérique devrait posséder une compréhension associative plutôt qu’une analyse purement factuelle. Des pratiques comme la mnémotechnie peuvent aider dans ce domaine. Dans cet art ancien de la mémoire, les souvenirs sont considérés comme un lieu, ce qui présente les avantages suivants : Les images et les relations complexes sont mieux mémorisées grâce aux associations, aux visualisations, aux morceaux et à la localisation. La mnémotechnique ressemble au principe de la neuroinformatique en ce sens qu’elle crée des processus dynamiques et des effets de rétroaction qui peuvent être cartographiés à de nombreuses échelles spatiales et temporelles différentes. La neuroinformatique, quant à elle, repose sur la description d’un modèle minimal hautement simplifié, contrairement à la technologie quantique.

Conclusion : la valeur ajoutée par l’IA ne peut être obtenue qu’en investissant dans la conscience créative de soi

Qu’apprenons-nous pour l’innovation dans l’interaction des technologies intelligentes et de la gestion du changement dans l’entreprise ? La valeur ajoutée sous la forme de produits ou de services socialement réussis n’est possible que grâce à l’interdisciplinarité de l’approche et à la promotion d’une conscience de soi créative qui est prête à se séparer des anciennes procédures. Ce n’est que par une distanciation autocritique et une émancipation du processus cognitif que l’on peut atteindre l’antifragilité nécessaire qui peut unir les paradoxes apparents de l’innovation artistique : Révolution et origine.

L’intelligence artificielle ne peut réussir que si elle sert notre désir ludique de changement, nous met au défi et nous aide à nous élever. S’il utilise l’informatique contextuelle pour fournir aux gens des informations utiles à l’apprentissage, plutôt que de leur retirer leurs décisions. Si elle nous montre des moyens de mettre en œuvre nos responsabilités par des actions concrètes plutôt que de nous enlever la responsabilité de notre bien-être. Elle ne doit pas augmenter notre abondance mais signaler notre manque et nous aider à le combler. La technologie peut alors accroître notre liberté au lieu de créer de nouvelles cages qui nient notre humanité.

Simone Belko, a linguist and European studies scholar, is committed to digital literacy in a connected society. After working as a PR manager and journalist, she was a lead in the localization and community management of international products in the online games industry. She is currently responsible for customer experience and the structuring of IT processes at FinTech FINEXITY.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More