Le grand malentendu de la numérisation en tant que processus de changement

Le plus grand défi de la numérisation n'est pas l'adaptation des technologies

Le plus grand défi de la numérisation n’est pas l’adaptation des technologies, mais la poursuite du développement des méthodes de travail et des structures organisationnelles. Alors que le monde industriel se caractérisait par une efficacité poussée au maximum par des processus sophistiqués, nous devons maintenant nous adapter à un monde dans lequel les capacités humaines telles que la créativité, la communication et l’empathie sont libérées.

À maintes reprises, la transformation numérique (numérisation vs. transformation numérique) est décrite comme le « plus grand processus de changement de tous les temps ». Le changement que nous vivons actuellement est certes multiple, mais une chose n’est certainement pas un processus !

Pourquoi ? Nous venons de l’ère de l’industrialisation, où les organisations fonctionnent comme une machine : Dans ce monde, les processus garantissent que chaque employé fonctionne comme une roue dans la boîte de vitesses. L’adaptation parfaite aux exigences de cette époque : les tâches compliquées (comme la fabrication d’une voiture) sont divisées en de nombreuses petites étapes de travail, dont chacune doit être réalisée par des employés ayant des objectifs définis. La direction attribue les tâches et contrôle le respect du cahier des charges. Les processus sont le corset qui permet d’éviter les erreurs et de contrôler l’interaction des différentes tâches.

Cette organisation du travail s’inscrit parfaitement dans un monde prévisible et prévisible que nous quittons aujourd’hui pour entrer dans une ère où des règles différentes s’appliquent : Complexité vs. complexité Planification vs. imprévisibilité, menottes vs. flexibilité, spécifications vs. responsabilité personnelle. Examinons cela de plus près.

Complexité vs. complexité

La numérisation signifie penser en systèmes. Tout peut être associé à tout grâce à l’Internet des objets. Prenons l’exemple de la mobilité : pour aller d’un point A à un point B, nous ne devons plus nécessairement choisir un seul mode de transport, c’est-à-dire le train ou notre propre voiture, mais nous pouvons prendre l’e-scooter jusqu’à la gare de S-Bahn, puis utiliser les transports publics et enfin, peut-être, prendre une voiture de location jusqu’à la destination finale. Tout peut être réservé à l’avance avec un seul processus de paiement. L’intégration des données le rend possible. La vitesse à laquelle les émissions de CO2 des voitures sont réduites ne dépend donc plus seulement de la fin du moteur à combustion, mais de nombreux autres facteurs. La cause et l’effet ne sont plus linéaires – nous devons penser en termes de systèmes. Nous sommes plongés dans un monde complexe qui ne peut plus être contrôlé par des processus.

Plannabilité vs. imprévisibilité

La complexité signifie également que nous disposons d’options de planification moins fiables. Restons sur la mobilité et regardons-la à travers les yeux d’un constructeur automobile : outre la mise en réseau numérique des différents moyens de transport, il y a aussi la conduite autonome. Dans quelques années, lorsque je pourrai commander le véhicule dont j’ai besoin d’une simple pression du doigt en utilisant une application sur le pas de ma porte, je ne voudrai peut-être même plus posséder de voiture. Si c’est le cas, la marque de voiture aura-t-elle encore la même signification qu’aujourd’hui ? Après 100 ans de modèles commerciaux pratiquement inchangés, l’industrie est confrontée à un changement complexe.

Qu’il s’agisse d’une voiture, d’une ampoule, d’un réfrigérateur ou d’une presse à imprimer, les principes sont toujours les mêmes : dès que je connecte un produit à l’internet et que je l’enrichis de données, un nombre infini de liens vers le reste du monde sont créés. Les entreprises doivent donc se préparer à un monde dans lequel elles ne savent pas encore exactement avec quoi elles gagneront de l’argent dans quelques années. Il est important de développer le monde du travail en conséquence et de regarder les processus à travers différents verres :

Les menottes contre la flexibilité

Comment nous adapter à un tel monde ? Certainement pas par le biais d’un plus grand nombre de processus, mais par le biais de structures flexibles. Plus que jamais, le monde complexe et multidimensionnel décrit ci-dessus a besoin de personnes créatives capables de saisir les innombrables opportunités – prendre des risques, essayer des choses, créer des réseaux avec de nouveaux acteurs. Plus le travail de chaque individu est contraint par des processus, moins l’imagination se fera sentir pour reconnaître exactement ces nombreuses possibilités. Le changement numérique ne peut se développer que dans l’espace libre : Permettre aux employés de travailler en réseau au-delà des frontières des départements, en partageant les connaissances grâce à des outils de collaboration modernes qui rendent les personnes et leurs compétences visibles.

Spécifications vs. responsabilité personnelle

De plus en plus de travaux sont effectués par des machines. Cela ne laisse pratiquement aucun lieu de travail à l’écart. Les rayons X sont déjà évalués plus rapidement et plus précisément par des machines que par des médecins. Il y a des années, un étudiant londonien de 18 ans a mis au point une application qui pourrait vous donner rapidement des informations juridiques si jamais vous recevez une contravention, par exemple pour vous être garé dans le mauvais sens, et le service de construction de machines met déjà en place une construction automatique. Les universitaires seront également libérés de tout travail ayant trait à la reconnaissance et à la normalisation des modèles. Que restera-t-il alors pour nous, les humains ? L’espace sera créé exactement pour l’espace libre dont nous avons besoin pour apporter nos capacités humaines telles que la créativité, l’empathie et les compétences de communication beaucoup plus dans notre travail quotidien. Le médecin a plus de temps pour une conversation avec le patient, l’avocat peut s’occuper des cas exceptionnels, l’ingénieur peut redevenir un bricoleur. Nos talents peuvent se voir accorder plus de place.

Ainsi, lorsque le commandement et l’obéissance deviennent moins importants et que nous disposons de plus d’espace, cela signifie que nous devons prendre davantage de responsabilités personnelles. Se demander quels sont mes points forts ? Avoir le courage de partager nos propres idées avec les autres, d’aller de l’avant et de prendre des risques. Le changement culturel tant décrit n’est pas une coïncidence, c’est une nécessité absolue pour les entreprises de nager comme un poisson dans l’eau dans la complexité du monde numérique. Ce changement culturel prend du temps – et si un moyen d’industrialisation éprouvé ne fonctionne pas, ce sont les processus.

Conclusion – La numérisation et le changement

Le monde du travail industriel était caractérisé par l’efficacité, dans lequel chaque individu de l’entreprise devait accomplir des tâches prédéterminées dans un temps défini. Les processus ont fourni le cadre strict, la gestion a signifié un contrôle constant des objectifs. Dans un tel environnement, des changements fondamentaux n’étaient pas prévus.

Faire face au changement signifie externaliser tout le travail standard sur les machines et donner aux gens plus de liberté pour l’innovation. Une grande tâche qui nous touche au plus profond de nous-mêmes. Les entreprises auront du succès si elles remettent en question tous les processus. S’ils privent les employés de leur liberté, restreignent la communication, doivent être redéfinis ou supprimés.

Le défi est grand, les opportunités le sont aussi.

Ohne neue Arbeitsweisen werden neue Technologien wie Cloudservices, künstliche Intelligenz oder Blockchain keine Wirksamkeit im Unternehmen entwickeln. Wenn technische Silos aufgebrochen werden, wenn Schnittstellen immer wichtiger werden, wenn verteilte Systeme eingesetzt werden sollen - dann muss dies parallel in der Zusammenarbeit passieren. Die passenden Geschichten dazu liefert Dorothee Töreki.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!