Ce que la durabilité numérique signifie pour les entreprises et ce que cela a à voir avec la justice sociale

Lavage écologique, justice sociale et numérisation comme durabilité ?

Les murs brûlent et la glace fond. Entre le Green Washing, la justice sociale et la numérisation comme modèle de durabilité ?

Les forêts brûlent, la glace fond et le niveau de la mer monte. L’année 2020 sera marquée par le virus corona, mais juste derrière, un autre sujet domine de plus en plus l’agenda médiatique depuis des années : la crise climatique. Tout comme le virus, l’évolution du climat ne s’arrête pas aux frontières nationales, mais montre que nous sommes tous interconnectés et que certains problèmes touchent le monde entier. Cependant, tout le monde ne se sent pas traité de la même façon. Alors que le Sud est le plus touché par les changements climatiques négatifs, des pays comme l’Allemagne, les États-Unis, le Canada ou l’Australie doivent répondre d’eux-mêmes en tant que plus grands consommateurs de CO2. Ce sens des responsabilités a cependant laissé beaucoup à désirer chez certains acteurs pendant des années.

Bien que les émissions de dioxyde de carbone en Allemagne aient diminué depuis les années 1990, le secteur de l’énergie continuera à lui seul à émettre environ 255 millions de tonnes d’équivalent CO2 en 2019. L’économie industrielle a rejeté 188 millions de tonnes, et la consommation dans le secteur des transports est à nouveau en hausse depuis 2005, avec une consommation actuelle de 163 millions de tonnes de CO2.

La numérisation est-elle durable ?

Une source d’espoir est la pénétration croissante de la numérisation dans tous les domaines du travail et de la vie quotidienne. Et c’est vrai – la numérisation des secteurs économiques et des canaux de communication peut permettre d’économiser des ressources à long terme.

Mais il faut faire la différence : numérique ne signifie pas automatiquement durable. La numérisation offre un grand potentiel pour un profil durable, mais pour faire simple : les serveurs ont également besoin d’électricité pour la communication des données et de climatisation. Une étude réalisée en 2019 par le groupe de réflexion « The Shift Project » indique clairement que si Internet était un État, il se classerait au sixième rang mondial pour la plus forte consommation d’énergie. À l’échelle mondiale, le secteur de l’information et des communications représente environ 10 % de la consommation totale d’électricité. Cela représente actuellement moins de cinq pour cent de la consommation de CO2, mais comme nous le savons tous : la tendance est à la hausse, et de manière exponentielle !

Il n’y a pas d’autre solution : pour protéger l’environnement et empêcher l’effondrement du climat, la numérisation doit être développée davantage. La Commission européenne a formulé l’objectif ambitieux que les centres de données et les télécommunications soient climatiquement neutres d’ici 2030 et qu’ils se concentrent sur les énergies renouvelables. Le ministère allemand de l’environnement prend lui aussi lentement de la vitesse : les infrastructures et les appareils électroniques nécessaires doivent à l’avenir être contrôlés quant à leur efficacité énergétique, dans le but d’établir des exigences minimales contraignantes. Les logiciels économes en énergie et en ressources peuvent déjà être labellisés par l’Ange bleu pour la conception de logiciels durables. Voilà pour la situation politique.

Green Washing – la stratégie de campagne de l’année ?

Comme en politique, la question de la durabilité est de plus en plus entendue par le grand public depuis des années. Il est évident qu’il est possible d’en tirer profit. Ces dernières années, nous avons vu à maintes reprises des campagnes menées par des entreprises connues qui veulent paraître aussi écologiques et vertes que possible, parce que c’est la meilleure façon de vendre des produits ou des services. C’est exactement ce que le terme « green washing » décrit – des entreprises qui se présentent au monde extérieur comme étant conscientes de l’environnement, mais qui ne le sont pas vraiment. Il est de la responsabilité des consommateurs de voir à travers ces campagnes.

Nous préconisons une approche ouverte et autocritique de cette tâche et la création d’une plus grande prise de conscience au sein de l’entreprise.

Les start-ups numériques, en particulier, peuvent être un élément clé

Les jeunes entreprises, en particulier, ont de nombreuses possibilités. Nous sommes d’avis qu’il faut être cohérent, surtout en tant que startup. Bien sûr, d’une part, vous devez vous fier aux investisseurs et vouloir vous adresser à un large groupe cible. D’autre part, la jeunesse de la start-up vous permet de choisir ce réseau en fonction de ses valeurs internes. Cela implique également de ne pas coopérer et d’accepter des fonds qui sont liés à la coercition, à l’injustice et à l’oppression.

L’intérêt pour la durabilité joue souvent un rôle dès la création des start-ups. Il y a là un potentiel énorme – en tenant compte des principes écologiques, la durabilité peut trouver une place au sein de la start-up dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de communication interne ou externe, de voyages d’affaires conscients, du choix d’un espace de bureau ou de la chaîne de valeur du produit à vendre – la durabilité est prise en considération.

Dans une enquête menée par le 7ème German Startup Monitor en 2019, environ deux tiers des fondateurs ont déclaré qu’ils vendaient un modèle commercial numérique. Les technologies clés telles que l’IA, la RV et la Blockchain sont particulièrement utilisées de manière innovante.

Retour au potentiel des start-ups : vous pouvez aussi tirer beaucoup de choses de la vie quotidienne au bureau. Les questions suivantes, par exemple, doivent être à la hauteur de leurs propres normes : D’où vient notre électricité ? Comment le café est-il produit, parce que nous le buvons en masse ? Ces questions étaient probablement moins importantes dans le passé – mais dans les entreprises qui se considèrent aujourd’hui comme modernes, il est impossible d’imaginer des bureaux sans ces questions. Mais la durabilité, au sens d’une approche de l’environnement économisant les ressources, peut encore être étendue. La durabilité numérique a également une composante sociale.

Quel est le rapport entre la durabilité numérique et la justice sociale ?

La vision de la durabilité numérique signifie que les biens numériques doivent être mis à la disposition du plus grand nombre de personnes possible et être aussi accessibles que possible. En effet, le numérique présente un avantage décisif par rapport aux moyens analogiques : il peut être partagé sans consommer de grandes quantités de ressources. Jamais auparavant autant de personnes n’ont eu accès à un capital intellectuel international et immatériel qu’aujourd’hui. La durabilité dans le contexte numérique est donc aussi la condition préalable à la justice sociale.

Concrètement, cela signifie que l’information numérique doit être financièrement, organisationnellement et techniquement modifiable et accessible à tous. L’échange et la conservation pour les générations futures sont garantis par des formats ouverts, des normes ouvertes et des licences libres. En outre, les connaissances doivent être reproductibles et régénérables. Cela exige une ouverture juridiquement liée et techniquement réalisable en ce qui concerne le transfert, la réutilisation et la modification des biens numériques.

Quelques réflexions

L’objectif est donc d’étendre encore la numérisation, de distribuer et de permettre l’accès aux biens numériques de manière équitable et de ne pas perdre de vue les aspects environnementaux. La numérisation et la durabilité peuvent donc aller de pair, mais la durabilité numérique doit être mise sur un pied d’égalité avec la protection de l’environnement mondial. Ainsi, les aspects de la durabilité ainsi que le mouvement de numérisation peuvent avoir un impact égal sur l’économie. Afin de prendre en compte la composante sociale de la durabilité numérique, il est nécessaire de garantir, d’une part, un accès équitablement réparti au niveau de l’utilisateur et, d’autre part, des conditions de travail dignes au niveau de la production.

Auteur : Elisabeth Kropp, memoresa GmbH

Behalte den Überblick und regle Dein digitales Leben: memoresa ist die Online-Plattform für die Dokumentation und Verwaltung wichtiger Dokumente – für Privatpersonen und Unternehmen. Accounts, Konten, Versicherungen, Verträge und Verfügungen können einfach, flexibel und sicher über digitale Schließfächer organisiert und Vertrauenspersonen festgelegt werden, die darauf Zugriff erhalten können.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!