Qu’est-ce que les médias sociaux ? – Introduction et explication

Comment les médias sociaux changent nos vies et ce qu'ils sont

Les médias sociaux interviennent profondément dans les processus de notre vie moderne. Elle présente de nombreux avantages et quelques dangers. Il est logique de savoir quelle influence les médias sociaux ont sur nous.

Mes enfants adultes suivent leur propre chemin, mais nous sommes étroitement liés en tant que famille et nous savons ce qui se passe avec les autres. De temps en temps, nous échangeons des photos sur le smartphone, ce qui me permet de voir avec qui mon fils est et comment il va – cela fait partie des médias sociaux.

En raison de mon travail, je suis souvent en déplacement dans les groupes Facebook. J’y lis ce que font les autres ou les questions qu’ils se posent. Ceci est souvent illustré par des photos ou par une vidéo, prises avec un smartphone.

J’apprends des commentaires des autres. Si je peux donner des conseils utiles, je le fais. Les conseils utiles reçoivent beaucoup d’encouragement. C’est ainsi que j’en prends conscience ou que j’obtiens un retour d’information.

Tout cela, ce sont les médias sociaux. Il répond à un besoin fondamental des humains : celui de se mettre en réseau et de communiquer.

Dans le classement des plus grands réseaux sociaux et messagers selon le nombre d’utilisateurs mensuels actifs (en janvier 2019), Facebook est en première place, suivi de YouTube. Il est suivi par d’autres réseaux, dont la plupart appartiennent à Facebook  (WhatsApp, Facebook Messenger, Instagram). Seul WeChat, un service de messagerie textuelle et vocale en chinois, peut suivre le rythme. Tous les autres ont été coupés.

Le monde des applications de médias sociaux est très dynamique et en constante évolution. Les utilisateurs se sont habitués au fait que l’affichage et le fonctionnement changent de temps en temps. Les règles doivent permettre de maintenir le comportement des utilisateurs dans l’ordre. Cela est souvent difficile à réaliser et est probablement dû au grand nombre d’utilisateurs.

Qu’en est-il de la protection des données ?

Les réseaux sociaux ont parfois une relation problématique avec la protection des données. Ils veulent collecter des données sur leurs utilisateurs. C’est ainsi qu’ils financent leur service. À cet égard, les réseaux gratuits ne sont pas gratuits. Chaque utilisateur paie avec ses données. Ce serait bien, s’il n’y avait pas un danger constant d’abus de données. La complexité et la grande quantité de données entraînent des fuites de données et donc des gros titres de temps en temps.

Il est difficile de se protéger contre cela. Une de mes amies n’est pas connectée sur Facebook et Cie parce qu’elle ne veut pas révéler les données de ses clients sur son smartphone. Je trouve cela louable et cohérent. Cependant, cela l’exclut de nombreuses discussions et messages en ligne.

Facebook réagit de temps en temps en proposant de nouvelles fonctions et de nouveaux paramètres de sécurité. Il est intéressant de noter que seuls quelques utilisateurs le remarquent. Les titres négatifs semblent ne déranger que quelques utilisateurs et ne freinent pas la croissance.

Qui finance les médias sociaux ?

Les réseaux stockent exactement ce que font les utilisateurs. Ils veulent savoir ce qui intéresse les utilisateurs afin de pouvoir afficher la publicité qui correspond à leurs besoins. Cela fonctionne si bien que de nombreux annonceurs peuvent orienter les utilisateurs vers le réseau pour qu’ils achètent directement. Selon le niveau d’intérêt et le prix, cela se fait très rapidement ou nécessite plusieurs étapes intermédiaires.

Comme les réseaux enregistrent tout, les annonceurs reçoivent un retour d’information immédiat sur tous les chiffres clés possibles. Cela leur permet d’identifier rapidement les publicités inefficaces et de les retirer facilement. En revanche, les annonces réussies leur donneront un budget plus important et augmenteront ainsi le succès de la publicité.

Facebook, par exemple, indique aux annonceurs si une vidéo a été visionnée plus de 95 % du temps. Les téléspectateurs sont également fournis avec Facebook comme groupe cible. Bien sûr, seulement à partir de 1 000 personnes pour garantir l’anonymat. Ce groupe cible est probablement très intéressé par le sujet de la vidéo en raison de son comportement. L’annonceur a maintenant deux possibilités pour continuer à travailler avec ce groupe cible.

Grâce au reciblage, il peut s’adresser à nouveau à ce groupe cible et ainsi motiver le futur client à passer à l’étape suivante de son voyage d’achat. Le reciblage est très puissant et constitue l’un des outils les plus performants du secteur du marketing en ligne. Il peut être utilisé pour vendre avec peu d’argent de la publicité. Bien entendu, l’annonceur obtient également tous les chiffres clés de sa campagne.

La deuxième possibilité est celle de groupes cibles similaires. Comme Facebook connaît exactement ses utilisateurs, il est capable de trouver des utilisateurs qui sont semblables à ceux du groupe cible donné (ici, tous ceux qui ont regardé la vidéo à plus de 95 %). Ces soi-disant « sosies » sont énormes. En Allemagne, ils sont au nombre de 300 000. Ce n’est que le plus petit groupe de similarités. L’annonceur peut ajuster la taille lui-même. Ils fonctionnent souvent très bien.

Si une annonce fonctionne vraiment bien, l’annonceur peut augmenter le budget quotidien presque à volonté, en fonction de la taille du groupe cible. Les annonceurs individuels dépensent chaque jour des sommes énormes pour leurs publicités. Ils peuvent constamment surveiller leur succès et réduire le budget ou même arrêter la publicité. De cette façon, ils minimisent leur risque. Les annonces réussies rapportent beaucoup d’argent à leurs propriétaires. Les plateformes gagnent avec, surtout Facebook.

En tant que leader du marché, Facebook a réussi à construire un Internet sur l’Internet. Comme toutes les plateformes de médias sociaux, Facebook, qui veut que ses utilisateurs restent sur sa plateforme le plus longtemps possible, veut qu’ils y restent. Facebook promeut les vidéos parce qu’elles permettent de prolonger le séjour. Lorsque Facebook remarque qu’une vidéo est approuvée (elle est visionnée pendant longtemps, reçoit des commentaires et est partagée), il l’affiche plus souvent. Il devient alors « viral ». C’est un rêve devenu réalité pour les annonceurs, car ils n’auront pas à payer pour la majorité des opinions. Il s’agit alors d’un trafic organique.

Esquiver le danger de l’addiction grâce aux hormones du bonheur

Les médias sociaux influencent notre équilibre hormonal. Notre corps libère des hormones du bonheur lorsque nous les utilisons. Ils créent un bon sentiment. C’est pourquoi nous apprécions les médias sociaux. Cela peut s’accumuler et même devenir une dépendance.

Si nous n’utilisons pas les médias sociaux, la peur de manquer quelque chose augmente. Il nous ramène aux plateformes. Ces mécanismes fonctionnent de manière inconsciente. Nous ne nous rendons pas compte que nous sommes contrôlés par nos hormones.

C’est pourquoi tant de gens sont sur les médias sociaux. Le téléphone portable est toujours à portée de main. Pendant les pauses, ils vérifient s’il y a du nouveau. Parfois, nous sommes en ligne alors que nous faisons autre chose, par exemple regarder la télévision. Parfois, nous avons une conversation et pendant ce temps, nous regardons le portable.

Mais notre esprit ne peut pas être multitâche. Elle ne peut se concentrer que sur une seule chose. Si nous faisons les choses en parallèle, nous ne faisons plus rien de bien. Ensuite, nous devenons insatisfaits et nous passons à côté d’expériences essentielles. Il est donc important que nous utilisions consciemment notre temps sur les médias sociaux et que nous informions nos enfants en conséquence.

Comment faire face à la haine

Les détesteurs sont des personnes qui font des commentaires négatifs. C’est un phénomène que l’on peut observer encore et encore sur les plateformes. Cela indique surtout un problème interne du Hater. Mais cela peut faire beaucoup de mal à un auteur, surtout quand il est nouveau sur la route.

Mais en fin de compte, cela indique seulement que le poste a atteint un point douloureux. Cela peut même être une bonne chose, car le courrier a une plus grande portée.

Par exemple, l’une des meilleures façons de répondre pourrait être : « Merci pour vos commentaires ». Si vous avez fait quelque chose de mal, excusez-vous toujours. Mais restez toujours amical et n’utilisez jamais de commentaires négatifs.

Peter ist Experte für Online-Marketing und für die Erstellung und Vermarktung von digitalen Produkten. Als selbstständiger Dipl.-Ing. (Univ.) Elektrotechnik hat Peter mehr als 30 Jahre Hardware- und Software für Medizinprodukte entwickelt. Er leitete Entwicklungs-Teams und hat mit Vertrieb und Schlüsselkunden zusammengearbeitet. Seit 2014 beschäftigt er sich Vollzeit mit Online-Marketing.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!