Qu’est-ce que la culture numérique et comment l’acquérir ?

Un effort de changement dans notre système éducatif pour plus de compétences numériques

La culture numérique est un mot à la mode très utilisé qui est compris de différentes manières. Comment agir avec compétence à l’ère numérique et comment nos écoles peuvent former cette compétence, vous pouvez lire ici.

Dissiper les malentendus

Les écoles veulent que leurs élèves soient capables de traverser la vie avec compétence et veulent leur fournir les bases nécessaires pour cela. En raison des changements sociaux rapides que nous connaissons actuellement, le terme « culture numérique » est de plus en plus au centre du débat social sur le thème de l’éducation.

Chacun comprend quelque chose de différent par « compétence numérique ». On peut donc supposer sans risque que lorsque deux personnes en parlent, elles se dépassent largement si cette compréhension n’est pas clarifiée à l’avance. Une large masse, cependant, imagine que la culture numérique signifie des compétences d’utilisateur, comme la capacité à faire fonctionner un appareil ou à effectuer des recherches sur Internet avec succès. En conséquence, de nombreuses écoles divisent le domaine des médias et des technologies de l’information de telle sorte qu’elles ne veulent enseigner que ces compétences partielles. Les iPads entrent dans les salles de classe en série, les enseignants sont formés à leur utilisation et des mécanismes d’administration numérique sont installés en arrière-plan. L’école passe au numérique et l’avenir semble prometteur.

Aujourd’hui, ces compétences font effectivement partie du spectre de la « culture numérique », mais elles n’en constituent qu’une petite partie. Pour moi, la culture numérique signifie que l’on est compétent en matière de numérique et que l’on peut naviguer avec succès dans la vie à l’ère du numérique. Cependant, pour comprendre ce qui est central aujourd’hui, il faut d’abord être conscient des évolutions déterminantes :

Les moteurs du changement

Depuis plusieurs décennies maintenant, les ordinateurs ont été continuellement développés. Les chipsets, c’est-à-dire les circuits à l’intérieur des appareils, deviennent plus petits et plus puissants, tandis que les logiciels, c’est-à-dire les programmes qui y sont exécutés, sont intégrés de plus en plus efficacement. Il y a vingt ans, mon premier ordinateur était équipé d’un processeur d’une vitesse de 500 mégahertz. Il pouvait donc exécuter 500 fois 1024 (500Tsd) instructions par seconde. L’appareil se trouvait sous mon bureau et prenait pas mal de place. Aujourd’hui, mon smartphone est alimenté par un processeur avec 8 cœurs de 2,7 gigahertz chacun, ce qui lui permet d’effectuer beaucoup plus d’opérations (8 x 2,7 x 1024 x 1024 = 22,6 millions). De plus, les appareils sont de plus en plus connectés. Dans l’Internet des objets (IoT), ils sont conçus pour communiquer directement entre eux et ainsi pouvoir résoudre des tâches ensemble. Ce développement technologique est exponentiel car il est construit sur le système binaire : un ordinateur commute toujours avec 1 ou 0, c’est-à-dire avec ou sans puissance, et construit donc tout sur une sorte de code Morse, qui est ensuite interprété par un logiciel et affiché sur un écran, par exemple. Si ces circuits deviennent plus petits et plus fins, il en résulte une augmentation de puissance (2, 4, 8, 16, 32, 64 etc…), ce qui illustre bien la légende du grain de blé. L’inventeur des échecs, Sissa ibn Dahir, aurait demandé au souverain indien Shihram, comme récompense, autant de grains de blé que le calcul donne si l’on place un grain sur la première case d’un échiquier, puis deux sur la suivante et que l’on double à nouveau le nombre précédent dans chacune des cases suivantes, jusqu’à ce qu’à la fin on compte un incroyable 18,45 trillions de grains. C’est la même chose pour les ordinateurs. La loi qui la sous-tend s’appelle la loi de Moore. Certains prétendent que cette évolution stagne actuellement, mais en fait les scientifiques font avancer une autre innovation : l’ordinateur quantique. Un dispositif qui, en étendant le système binaire au moyen de l’état dit de superposition, n’enregistre ni 0 ni 1, mais un état indéterminé entre les deux, et peut ainsi résoudre des relations encore plus complexes.

Nous savons avec quelles possibilités l’invention de l’iPhone en 2007 nous a rendus heureux. Ce n’est que maintenant, quelque douze ans plus tard, que notre société apprend lentement à y faire face. Nous avons toujours la connaissance du monde entre nos mains. Nous ne réservons plus de taxis par téléphone et ce dernier est désormais également rendu obsolète par Google Duplex, un assistant vocal algorithmique qui passe des appels téléphoniques pour nous. Le développement technologique continue d’avancer vaillamment, apportant avec lui de nombreuses innovations que nous n’osons même pas imaginer aujourd’hui. Ce rythme exponentiel de changement remodèle le monde qui nous entoure. Le service SMS, autrefois très populaire, a été remplacé par Whatsapp et les abonnements forfaitaires à Internet, les gens n’achètent plus de CD, les séries sont regardées plus souvent que les films, Exlibris ferme ses succursales et se concentre sur le commerce en ligne. Dans son étude « Changement dans le monde du travail », le professeur Peter Kruse conclut que les cadres supérieurs de l’économie allemande sont conscients que dans un état aussi complexe, il n’est plus possible de diriger de manière linéaire. Ils naviguent à vue avec leurs entreprises et tentent de maîtriser les défis actuels avec la plus grande agilité possible. Les principes de leadership agile et l’accompagnement des entreprises dans ce domaine ont été le grand succès de ces dernières années. Des efforts sont faits pour responsabiliser les employés et les encourager ou mieux les pousser à prendre leurs propres décisions, de la manière la plus créative possible. Malheureusement, ces tentatives échouent souvent de nos jours. De plus en plus, les entreprises se rendent compte que leurs employés ne peuvent pas s’organiser. Ils ont appris à suivre des instructions et à s’intégrer dans la hiérarchie. Ce comportement ne conduit pas en fin de compte à une auto-organisation agile. En outre, de nombreuses personnes agissent continuellement dans leur propre cadre, ne voient pas au-delà de l’horizon et sont incapables de reconnaître des relations complexes et de les résoudre de manière créative. Mais pourquoi ?

Un regard sur le système scolaire

Dans nos écoles, la pratique est claire : nous séparons les matières et les enseignons par petits morceaux en 45 minutes. En dehors de tout contrôle et de tout isolement, on forme les élèves à adopter un comportement conforme à l’école et à l’entreprise, en apparence. Un système de formation qui forme excellemment les employés à trouver leur chemin dans la chaîne de production taylorisée d’une entreprise industrialisée et à faire leur part. Ce système a également été installé à cette fin dans l’ancienne Prusse et n’a jusqu’à présent été modifié que par des micro réformes progressives. Or, c’est précisément cette partie que nous avons numérisée. Ces chaînes de production et ces zones de tâches sont parfaitement traitées par des algorithmes. Il n’a plus besoin d’humains. Et de plus en plus de domaines sont victimes de l’automatisation en cours. Si nombreux, en fait, que dans son TED Talk « 3 mythes sur l’avenir du travail (et pourquoi ils ne sont pas vrais)« , Daniel Susskind dit même que le « Lump of Work Fallacy » précédemment accepté est lui-même un faux, c’est-à-dire une idée fausse. Que l’automatisation n’entraîne pas une augmentation des emplois en raison de la baisse des coûts de reproduction et de l’augmentation de la demande, mais que de nouveaux emplois sont désormais accessibles aux employés hautement qualifiés, mais que ceux-ci disparaissent à nouveau dans un délai très court, d’autant plus que nous sommes dans un développement exponentiel et qu’en fin de compte, pratiquement tout peut être automatisé. Tout, sauf ce que les gens aiment vraiment faire et ce qu’ils veulent faire avec les gens.

Qu’est-ce qui nous aide en ces temps de changements constants ?

On a demandé au grand maître néerlandais des échecs Jan Hein Donner comment il se préparerait pour un tournoi contre l’algorithme Deep Blue d’IBM, et il a répondu : « J’apporterais un marteau !

Donc, au lieu de déclarer la guerre à la technologie, autant se demander ce qui nous différencie des machines. La réponse du Prof. Dr. Gerald Hüther englobe assez clairement ce que j’entends par « culture numérique » :

  1. Intentionnalité, c’est-à-dire la volonté de faire quelque chose → Les ordinateurs n’exécutent que ce pour quoi ils sont programmés et n’ont pas d’anti-reb
  2. La co-créativité, c’est-à-dire la résolution commune de problèmes complexes → Les ordinateurs ne font pas d’erreurs, ils évaluent seulement les données de manière très efficace et donnent des réponses statistiques. Cela peut soutenir les processus de co-création, mais n’est pas en soi capable de co-création.

Une autre approche intéressante vient d’Astro Teller, le maître des captures de lune de Google, dont le graphique a été montré dans le livre « Thank you for being late » de Thomas L. Friedman.

Il a dit que nous sommes dans une situation tellement accélérée que rien n’est plus linéaire. Cependant, les gens sont habitués à des mouvements linéaires. L’accélération d’une voiture, par exemple, est linéaire, mais une collision frontale est exponentielle. En outre, nous sommes axés sur la stabilité. Nous nous efforçons toujours d’avoir des États stables, ce que confirme également Peter Kruse. Il s’agit maintenant de parvenir à une nouvelle forme de stabilité, une stabilité dynamique. C’est comme faire du vélo : Il faut pédaler constamment pour ne pas tomber.

Teller Graph
Source: https://coachingcircles.ca/a-case-for-lifelong-learning/

Conclusion

La culture numérique comprend les compétences des utilisateurs sur les appareils numériques, car ce sont des outils de culture, ils sont de toute façon intéressants pour les apprenants et sont naturellement enregistrés. Ils doivent être fournis pour servir dans des situations problématiques, comme des outils. Mais il s’agit bien plus de la capacité à trouver des solutions créatives, à s’organiser, à travailler en équipe, à remettre en question de manière critique ce qui est donné, à se connaître et à maintenir une stabilité dynamique. Afin de devenir compétent à l’ère numérique, les écoles doivent s’attendre à une instabilité de la part de leurs élèves, et ce au plus haut degré. Il ne s’agit plus de séparer les matières, mais de permettre des expériences de co-création pour les élèves. Ceux-ci ne peuvent pas être contrôlés par d’autres. Les enseignants doivent renoncer à tout contrôle et créer des environnements d’apprentissage qui répondent aux intérêts de tous les enfants. L’apprentissage est gratuit et totalement mixte. L’évaluation ne peut avoir lieu que de manière formelle, lorsque les apprenants le demandent explicitement. Le bulletin de notes appartient au passé et fait place à un portfolio d’apprentissage individuel, par exemple sous la forme d’un blog. Les enfants apprennent à connaître leurs potentiels individuels et à les apprécier mutuellement. On élabore ensemble des solutions qu’aucun programme d’études ne peut anticiper. L’apprentissage social est le statu quo, toujours. L’esprit de compétition est réduit au minimum ; au lieu de cela, les mains se tendent et se soutiennent mutuellement. La stabilité dynamique en est la conséquence.

Vous pouvez lire comment les écoles changent concrètement dans l’article « Apprendre au lieu d’enseigner – les rôles changent dans le système scolaire » et dans l’article suivant « L’apprentissage n’a pas besoin de murs – avons-nous encore besoin d’écoles ? » de Philipp Zimmer

Um den Anforderungen der Digitalisierung standhalten zu können, muss sich unser Schulsystem deutlich wandeln. Dies birgt die riesige Chance, dass Lernen wieder Spass machen kann, zumal die individuellen Interessen ins Zentrum rücken. Nils Landolt ist Lehrer, ehemaliger Innovationsmanager, Catalyst für das Nachhaltigkeitsziel 4 (Bildung) bei Collaboratio Helvetica und gründet derzeit das LernHaus Sole zusammen mit seiner Frau. Sein Wissen verwebt er für eine zeitgemässe Bildung.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!