La culture de l’erreur comme base d’une transformation numérique réussie

Définir ce qu'est la culture de l'erreur et pourquoi elle est si essentielle à l'innovation et au changement.

Une culture de l’erreur qui fonctionne bien peut contribuer à une transformation numérique et promouvoir l’innovation. Nous expliquons ici pourquoi c’est si important et ce que signifie la culture de l’erreur pour les entreprises.

Nous avons déjà écrit sur le fait que la culture d’entreprise est l’un des éléments les plus importants de la transformation numérique. Un élément essentiel de cette démarche est une culture de l’erreur qui fonctionne bien. La transformation numérique exige une plus grande flexibilité, une volonté de changement et aussi une volonté de prendre des risques.

Dans la transformation numérique, les entreprises doivent apprendre qu’il n’existe pas de solutions parfaites, mais qu’il faut apprendre à s’améliorer. Dans les pays germanophones en particulier, il est encore très répandu que les entreprises préfèrent planifier longtemps, se préparer longtemps et ensuite chercher la solution parfaite. Mais les technologies numériques ont augmenté la vitesse et les solutions doivent donc être testées et mises en œuvre rapidement et efficacement.

Une nouvelle culture d’entreprise numérique par le biais de tests et d’expérimentations

Essais et erreurs – Ce principe est essentiel à une culture d’entreprise réussie et à l’innovation. Les entreprises doivent s’éloigner des « inventeurs silencieux » et parler plus souvent avec leurs clients, par exemple utiliser des méthodes de réflexion sur la conception, et créer des hypothèses qu’elles testent ensuite avec leurs clients. Les hypothèses peuvent être transformées en prototypes et les tests avec les utilisateurs peuvent apporter beaucoup d’expérience. Mais il faut pour cela avoir le courage de changer et aussi la liberté de faire des erreurs.

L’absence de culture de l’erreur est non seulement un problème pour la transformation numérique, mais aussi l’une des plus grandes faiblesses de l’espace germanophone en matière d’innovation. Les entreprises ayant une culture de l’erreur qui fonctionne et des approches agiles s’adaptent plus rapidement aux nouvelles technologies et peuvent donc réagir plus vite sur le marché. C’est exactement la raison pour laquelle des géants de la technologie comme Microsoft, Google, etc. ont intégré cette culture de l’erreur dans leur philosophie d’entreprise. Dans le processus, de nombreuses entreprises poussent également si fort qu’elles veulent simplement produire des erreurs afin d’en tirer des leçons. Tout comme le dicton « I never lose. I either win or learn. » – Nelson Mandela

Mais quels sont les éléments qui composent une bonne culture de l’erreur et comment pouvez-vous en construire une vous-même ? Nous vous montrons les points centraux d’une culture de l’erreur qui fonctionne.

Facteurs pour une bonne culture de l’erreur dans l’entreprise

Certains éléments de base caractérisent une culture de l’erreur réussie et favorisent ainsi l’engagement des employés et la créativité des approches de solution.

1. « Just do it »

Pour tirer le meilleur parti de ce concept, il faut donner aux employés la liberté de faire simplement quelque chose. Pour ce faire, vous devez allouer des ressources aux employés et leur donner également des connaissances de base sur la technologie, la génération d’idées et aussi les contacts avec les clients. L’objectif est de sortir de la zone de confort et de tester de nouvelles idées. Cela encouragera les employés à mettre en œuvre leurs idées, à les tester et à tirer les leçons de leurs éventuelles erreurs. Cela leur permet de tirer rapidement les leçons de leurs erreurs et leur donne l’expérience nécessaire pour élaborer de meilleures solutions.

2. Apprendre les uns des autres

Une culture de l’erreur qui fonctionne devrait également permettre de partager les expériences. Il convient de créer un environnement dans lequel les employés partagent également leurs erreurs avec l’équipe afin que les autres puissent en tirer profit. Par exemple, Microsoft organise chaque vendredi une conversation sur ce qui pourrait être mieux fait et comment. Cette façon ouverte et naturelle de gérer les erreurs devrait aider les gens à oser davantage et à essayer quelque chose. L’échange d’informations devrait également contribuer à accélérer les processus et à garantir que les mêmes erreurs ne soient pas commises par d’autres.

3. Demander et donner un retour d’information

Afin d’obtenir rapidement un retour d’information et de voir ses erreurs, il faut également exiger et donner activement un retour d’information. Il est important d’être confronté à un retour d’information le plus rapidement possible et le plus tôt possible. Plus le retour d’information est précoce et constructif, plus le processus d’apprentissage et donc d’amélioration est efficace. La création rapide de prototypes et un retour d’information rapide peuvent ainsi conduire à des processus d’innovation beaucoup plus efficaces.

4. Renforcer la confiance et la sécurité

Pour oser proposer de nouvelles idées et les mettre en œuvre, il faut avoir confiance en soi. Si les employés ont peur d’être ridiculisés, punis ou même licenciés parce qu’ils ont commis une erreur, alors ils n’oseront pas travailler sur de nouveaux projets à moins d’y être contraints. Pour tirer le meilleur parti de vos employés, ils doivent avoir la certitude qu’il est normal de faire des erreurs et que l’entreprise l’apprécie lorsqu’ils essaient quelque chose de nouveau. De nombreuses entreprises échouent à ce stade parce qu’elles ne font pas confiance à leurs employés et qu’elles instaurent une culture de la peur où les erreurs sont sanctionnées.

Conclusion sur la culture de l’erreur

En particulier dans le cadre de l’évolution vers les nouvelles technologies et un monde centré sur le client, les entreprises devraient apprendre à se mettre d’accord sur une meilleure culture d’entreprise dès que possible. La jeune génération veut vivre plus longtemps, les clients changent en peu de temps et les entreprises doivent également réagir rapidement. Ces réactions rapides et cette forte demande d’adaptabilité entraîneront également de nombreuses erreurs. La direction, l’organisation et aussi les employés doivent y être préparés.

Ainsi, une culture de l’erreur qui fonctionne est un élément de base pour une survie réussie dans un environnement numérique et est essentielle pour les entreprises.

CEO & Founder of MoreThanDigital. Serial entrepreneur since he successfully founded his first companies at the age of 13. He has always questioned the "status quo" and is committed to innovation, disruption and new ideas. As International keynote speaker, consultant for companies and governments & states, lecturer and published digital transformation expert, Benjamin tries to advance the topics of digitalization, digital transformation and innovation internationally.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More