Opportunités et risques de la culture de la surveillance

La politique progressiste d'une communauté responsable - La surveillance et notre société

Les tentatives de confinement politique du virus COVID 19 dans le monde entier rendent la surveillance de masse mondiale et les restrictions de mouvement numérique socialement acceptables, y compris en Occident. On peut douter de l’utilité de cette culture de surveillance en termes de contrôle informé et démocratique de la pandémie.

Les tentatives mondiales pour contenir le virus COVID 19 rendent la surveillance de masse mondiale et les restrictions de mouvement numérique socialement acceptables en Occident également. Alors que la Chine et la Russie étendent le contrôle social autoritaire, les applications décentralisées de recherche des contacts utilisées ici sont largement respectueuses de la vie privée. Cependant, de sérieux doutes subsistent quant à leur utilité en termes de contrôle informé et démocratique de la pandémie.

La qualité des systèmes de décision automatisés dépend de celle des personnes qui les mettent en place. La crise du Covid 19 montre que la surveillance de masse ne peut pas cacher un système de santé mal positionné, des désavantages sociaux ou des discriminations envers certaines classes, l’absence de plans d’urgence sociétaux ou des visions d’avenir inadéquates. Un large débat de société est nécessaire pour empêcher l’exploitation de ces situations de crise et d’autres similaires pour imposer des infrastructures de surveillance douteuses.

Les manifestations de plus en plus nombreuses contre les mesures COVID 19 révèlent le fossé de confiance entre des élites politiques saturées et inertes et une population mécontente et agile, qui s’est accentué au moins depuis les révélations de Snowden. Comment la culture de la surveillance au XXIe siècle peut-elle faire progresser la démocratisation et le pluralisme social sans créer une technocratie Big Brother fermée ?

Le capitalisme de surveillance mondiale soutient les changements de pouvoir

Alors que dans la Chine communiste, l’introduction du système de crédit social a été bien accueillie par la population dès le début comme un moyen éprouvé de lutte contre la corruption, les sociétés civiles très développées de l’Occident considèrent la culture de la surveillance de manière essentiellement critique comme une menace pour la vie privée et l’autodétermination. La crise de Corona montre que les lobbies de la protection des données réussissent de plus en plus à placer cette question au centre du débat politique et à forcer les réactions des responsables politiques. Cependant, il devient également évident que des problèmes systémiques très différents résonnent sous la surface : en Occident, la crise de Corona accélère surtout l’aliénation entre les élites et la population active par l’élargissement du fossé entre les riches et les pauvres et l’augmentation des inégalités dans la société que l’on peut attendre à moyen terme.

L’Internet a soutenu les changements de pouvoir depuis son arrivée dans le monde post-industriel. Elle a facilité des révolutions telles que le Printemps arabe : la diffusion virale rapide de vidéos et d’images de protestation a facilité la formation d’un mouvement commun et a finalement contribué à renverser plusieurs dictateurs nord-africains. Elle a donné naissance à de nouveaux modèles commerciaux qui améliorent l’agriculture et la production industrielle, réduisent les coûts de logistique, de distribution et de commercialisation et accélèrent les flux financiers. Les consommateurs bénéficient de portails de recommandation et de comparaison des prix et de la qualité, de commandes en ligne pratiques à domicile, d’une expédition rapide et d’une vaste gamme de produits provenant du monde entier. L’Internet des objets, des objets portables et des objets physiques dotés d’une mémoire numérique nous facilitera grandement la tâche à l’avenir.

Un énorme potentiel pour la science

La collecte technologique de données de masse et l’analyse des Big Data peuvent favoriser d’énormes progrès dans les domaines de la science et de la médecine si elles sont partagées entre les pays et les institutions. Les visions de la Silicon Valley sur les villes intelligentes promettent des solutions pour les transports intelligents, la protection de l’environnement, les logements abordables et le libre accès à la santé et à la connaissance grâce à une connectivité numérique totale. Mais les données sensibles étant uniquement entre les mains des grandes entreprises, peuvent-elles être gérées de manière démocratique, équitable et dans le meilleur intérêt des citoyens ? La réalité montre que les pratiques éthiques suscitent de vives inquiétudes non seulement au sein du public, mais aussi dans l’industrie technologique elle-même. Par exemple, le projet de ville intelligente le plus célèbre de Toronto, le « Quayside », a fait l’objet de critiques sévères et a progressivement perdu ses principales parties prenantes. L’accusation était que le projet d’un système central de gestion d’identité pour accéder aux services publics est une expérience de colonisation clandestine pour une surveillance totale sans opt-out.

La coopération internationale complexe des centres de pouvoir multipolaires

La coopération croissante et la redistribution rapide de l’argent de l’Occident vers les États émergents, grâce à la technologie, signifie une réduction de la probabilité d’une guerre frontale classique au XXIe siècle, mais cela la rend loin d’être sans problème. La coopération internationale, autrefois hégémonique sous l’impulsion des États-Unis, est remise en question par de nouveaux centres de pouvoir en Asie – surtout en Chine -, dans la région du Pacifique Sud et en Afrique. Depuis les années 1990, la capacité d’action des organisations internationales a été sévèrement mise à l’épreuve par les actions militaires unilatérales des États-Unis au Moyen-Orient.

Toutefois, cela ne s’accompagne pas de la dissolution des accords internationaux. Au contraire, depuis l’effondrement du bloc de l’Est, de nombreuses nouvelles alliances internationales ont été formées dans les régions émergentes du monde, et la tendance est à la hausse. Par exemple, l’Union eurasienne, un groupement de politique économique formé en 2014 sur le modèle de l’Union européenne, réunit les intérêts des pays postsoviétiques dans la sphère d’influence de la Russie. L’Union européenne a également servi de modèle à l’Union africaine, créée en 2000, et à l’Union des États d’Amérique du Sud, créée en 2008. De nombreux accords de libre-échange et unions douanières, qui ont déterminé l’intégration économique toujours plus étroite du monde depuis la seconde moitié du XXe siècle, ouvrent de nouveaux champs d’action pour les investissements publics et privés.

La politique du 21e siècle est une médiation communautaire intelligente

Pour les représentants politiques, des conseillers municipaux aux membres du Bundestag, la proximité des citoyens offre des possibilités d’interaction qui peuvent favoriser des aperçus importants et un rapprochement qui est dans l’intérêt des deux parties.

La politique ne se déroule plus dans des arrière-salles poussiéreuses, mais en pleine lumière. L’interconnexion du monde favorise l’influence d’acteurs hétérogènes sur les relations diplomatiques aux niveaux national et international, ce qui était autrefois l’apanage de l’État. Le rôle de l’État passe de l’orientation politique à la coordination de la médiation, car Internet regroupe et équilibre les intérêts conflictuels de la communauté nationale et établit « le Département d’État comme le nœud central d’un réseau de relations diverses avec les acteurs étatiques et non étatiques », comme le dit Kim B. Olen dans « Fallacies » : Structuralisme et diplomatie géoéconomique ».

Mais dans quelle mesure l’élite politique connaît-elle bien sa communauté ? L’érosion rampante de la classe moyenne résultant de la numérisation crée de nouveaux défis dans des domaines essentiels tels que la sécurité, la santé et la protection sociale, que les partis établis n’intègrent pas suffisamment dans leurs programmes. La disparition de secteurs entiers de la main-d’œuvre traditionnelle, qui commence déjà sous l’effet de l’automatisation, pose notamment aux forces sociales-démocrates d’énormes défis qu’elles ne semblent pas pouvoir relever pour l’instant. Cela pousse à son tour les citoyens dans les bras de nouveaux partis et mouvements en marge de la gauche et de la droite, qui se forment principalement comme des partis de protestation contre les idéologies dominantes (néolibéralisme, muticulturalisme, intégration de la dimension de genre) ou des institutions puissantes (UE, OTAN).

Des groupes de questions particuliers déterminent l’agenda politique

Aujourd’hui, la politique progressiste ne se déroule plus seulement au niveau national, mais de plus en plus au niveau transnational. En Europe, les mouvements de la société civile et les ONG sur des questions spécifiques telles que la protection du climat gagnent de plus en plus d’influence, ce qui, à l’instar de Greenpeace, fait sans cesse sensation lors de campagnes mondiales. Les mouvements transnationaux en faveur d’une politique européenne commune de réforme appellent à des changements fondamentaux dans l’Union européenne en vue d’une plus grande participation des citoyens. En général, la tendance semble s’orienter vers une coopération particulariste, basée sur des projets : ce n’est pas l’affiliation à un camp basé sur des valeurs mais l’application de groupes de questions qui déterminent de plus en plus l’agenda politique et, surtout, la participation politique de la population. Dans leur organisation et leur communication, les mouvements politiques s’apparentent de plus en plus aux entreprises : ils s’appuient eux aussi sur la publicité d’image par le biais de la marque et du merchandising afin de gagner des adeptes.

Technocratie mondiale Big Brother ou État transparent ?

De nouvelles méthodes de diplomatie géoéconomique sont apparues, qui peuvent permettre de piloter la politique étrangère par le biais de sanctions économiques, de la politique énergétique, de la politique financière ou de cyber-instruments et ainsi influencer et endommager la situation politique intérieure d’autres pays dans une mesure qui n’était pas possible dans le passé. Les plus touchés par les conséquences négatives sont les consommateurs et les travailleurs, qui souffrent de l’inflation, de la baisse des salaires, de la hausse des coûts de l’énergie et des loyers. La population s’oppose donc à de grands projets économiques tels que de nouveaux accords de libre-échange, car les citoyens se perçoivent de plus en plus comme le jouet de grandes élites au pouvoir qui agissent de manière opaque.

Les principaux points de critique sont l’enracinement d’une influence non transparente sur la législation par les grandes entreprises, l’affaiblissement des principes constitutionnels par les tribunaux d’arbitrage (règlement des différends entre investisseurs et États), le non-respect des particularités nationales dans l’harmonisation des réglementations relatives aux employés et aux consommateurs, et la mise en danger des emplois. En effet, la pratique montre que la stimulation de la croissance économique se fait souvent au prix de pertes d’emplois dans d’autres régions et du déplacement des entreprises résidentes. Il est donc juste de se demander si l’expansion agressive du libre-échange ne se contente pas de stimuler l’économie à court terme, pour causer potentiellement des dommages bien plus importants à long terme.

Alors que la croissance économique de ce qu’on appelle le premier monde stagne, les sociétés du monde en développement rattrapent rapidement leur retard grâce au savoir-faire technologique, sautant souvent l’étape de l’ordinateur pour passer directement au smartphone. Dans des pays africains comme le Nigeria, le Ghana et le Soudan, les médias sociaux sont le principal moyen de marketing de marque et de réseautage commercial, les applications météo aident à l’agriculture, les applications payantes accélèrent le flux d’argent, Google et Wikipédia donnent à chacun l’accès à une richesse d’éducation qui était auparavant si peu disponible. Mais là aussi, des problèmes similaires à ceux des sociétés postindustrielles apparaissent : abus de pouvoir, censure, persécution politique, fausses nouvelles, absence de protection des droits d’auteur.

L’agora numérique : la société responsable de l’avenir

L’Internet offre d’énormes possibilités de démocratie directe. Des discussions ouvertes sur des sujets socialement pertinents peuvent être organisées avec une grande portée et une large participation des citoyens, tout en promouvant spécifiquement une culture productive de débat. La médiation politique pour des groupes de population hétérogènes se fait de plus en plus sur le marché, l’agora. Les partis populistes ne sont pas les seuls à l’avoir reconnu et utilisent consciemment l’internet pour rechercher de plus en plus la proximité avec les citoyens. Les gouvernements des États nations expérimentent également avec succès de nouvelles options par le biais de plateformes technologiques pour permettre aux citoyens de participer à la vie politique en ligne.

Par exemple, de 2011 à 2018, la Suède avait un projet national visant à renforcer l’ouverture de la société, la transparence et la liberté d’expression. Le compte spécialement créé @sweden a été donné à un citoyen différent chaque semaine, qui pouvait tweeter ce qu’il voulait sous ce compte. Les seules règles étaient les suivantes : ne pas enfreindre la loi suédoise, ne pas promouvoir de marques commerciales et ne pas présenter de risque pour la sécurité. Les soi-disant « conservateurs » étaient également censés surveiller leur langage, respecter la vision du monde des autres et ne pas transmettre de sentiments racistes, sexistes ou homophobes.

Ce mode de participation citoyenne expérimentale s’inscrit dans le monde en temps réel de l’Internet et peut montrer aux gens, par leur propre expérience, comment leurs activités peuvent influencer l’espace virtuel et, en fin de compte, la formation d’opinions dans la société. C’est un bon exemple de la façon dont les possibilités de la technologie algorithmique ne doivent pas nécessairement être perdues pour les manipulateurs de médias, mais peuvent être utilisées avec succès pour que la participation démocratique forme un discours constructif et honnête. En fin de compte, cependant, cela fonctionne mieux dans les petits réseaux locaux, le soi-disant tissu social, qui est composé de caractéristiques similaires, qu’il s’agisse de l’ethnicité, de la richesse, du niveau d’éducation, du taux d’emploi et des valeurs régionales.

Sprach- und Europawissenschaftlerin Simone Belko engagiert sich für digitale Mündigkeit in einer vernetzten Wissensgesellschaft. Nach Stationen als PR-Managerin und Journalistin leitete sie in der Online Games Branche die Lokalisierung und das Community Management internationaler Produkte. Aktuell ist sie beim FinTech FINEXITY für Customer Experience und die Strukturierung von IT-Prozessen zuständig.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More