Les médias sociaux dans le bénévolat – Comment les associations profitent

Utiliser correctement les médias sociaux au sein du club - Quelques conseils et astuces pour en améliorer le fonctionnement

Comment utiliser les médias sociaux en tant qu’association ? Que faut-il prendre en considération ? Cet article montre les possibilités et donne des conseils sur la manière de les utiliser.

Selon un ministère fédéral allemand, plus de 30 millions de citoyens (sur une population de 80 millions) en Allemagne s’engagent bénévolement et sans rémunération dans diverses causes sociales. Que ce soit en tant que maréchal lors d’un triathlon, en tant que tuteur dans un établissement d’enseignement ou en aidant les réfugiés : l’engagement peut être multiple. Mais dans le monde d’aujourd’hui, il est de plus en plus difficile de trouver et d’attirer des bénévoles.

De plus en plus d’associations et d’organisations découvrent donc l’Internet par elles-mêmes. En plus de leur propre site web, ils sont de plus en plus nombreux à utiliser les différents médias sociaux. Mais pourquoi Facebook & Co. est-il particulièrement adapté ici ? L’utilisation de l’internet et des médias sociaux joue un rôle important dans tous les domaines de la vie, en particulier chez les jeunes. Une présence sur Internet du club sportif qui recherche des bénévoles ne devrait donc pas manquer. En général, le site web est le premier port d’escale, mais beaucoup prennent également conscience des possibilités offertes par les médias sociaux. Les points suivants doivent être pris en compte lors de l’utilisation des médias sociaux :

Sélection des canaux de médias sociaux pertinents

Facebook, Twitter, Instagram ou plutôt LinkedIn ? Lorsque vous choisissez les canaux de médias sociaux, vous devez toujours tenir compte du groupe cible auquel vous voulez vous adresser. Par exemple, Facebook convient à la plupart des clubs et organisations pour attirer des bénévoles en raison de sa large diffusion, tandis que LinkedIn convient mieux aux contacts d’affaires ou pour attirer des sponsors. Il est tout à fait logique de faire des expériences. Cependant, la règle est la suivante : mieux vaut avoir quelques chaînes bien entretenues que de nombreuses chaînes irrégulières ou mal entretenues !

Les postes réguliers sont nécessaires

Un aspect important de la présence des médias sociaux est, bien sûr, l’activité. Une page qui a été mise à jour pour la dernière fois il y a quelques semaines ou quelques mois tend à dissuader la plupart des visiteurs. Cependant, il suffit qu’une photo d’un événement tel qu’une assemblée générale soit affichée de temps en temps, qu’un article avec référence soit partagé ou que le prochain événement soit signalé. Dans une association en particulier, il est logique de répartir cette tâche sur plusieurs épaules. Outre la répartition de la charge de travail, il est également intéressant pour les visiteurs de la page de connaître différentes perspectives. Facebook a un concept de rôle et il est donc possible d’envisager différents rôles tels que celui d’administrateur et de rédacteur. En outre, il convient de noter que Facebook, par exemple, est déterminé par des algorithmes. Ici, la fréquence des postes joue un rôle important. Les pages « plus silencieuses » ne sont pas affichées aussi souvent dans le flux d’informations.

Contact rapide et facile

Il est non seulement important que la page soit bien tenue et fournisse des informations actualisées. Il est également important qu’il y ait quelqu’un pour répondre ou transmettre les demandes reçues à cet endroit. En raison de la prévalence des médias sociaux, c’est pour de nombreux utilisateurs le moyen le plus simple et le plus rapide d’entrer en contact. En plus de répondre aux messages privés, il s’agit également de commenter et de modérer les commentaires. Une approche personnelle est également utile pour le recrutement de bénévoles, car beaucoup de gens tiennent à avoir un seuil bas pour devenir actifs. Ils ont le sentiment qu’une invitation personnelle leur parle directement.

Non seulement les contacts comptent, mais aussi les informations

Les médias sociaux ne servent pas seulement à acquérir continuellement de nouveaux adeptes. Il ne faut pas oublier de garder heureux les personnes déjà actives. C’est-à-dire que des informations sont régulièrement proposées qui permettent de jeter un coup d’œil « dans les coulisses ». Il peut s’agir, par exemple, d’un rapport de suivi d’un événement. Pour ceux qui ont été empêchés de participer en raison de vacances ou de maladie, ils ont ainsi le sentiment d’avoir été là et de faire partie de la communauté. En termes de liens avec le club ou l’organisation, c’est un point qui ne doit pas être négligé. Seuls ceux qui se sentent à l’aise dans la communauté seront heureux de donner un coup de main.

Informations sur l’événement

Facebook, en particulier, est très bien adapté pour faire connaître les dates d’actions ou d’événements à un large public. En plus des informations sur l’événement concerné, les visiteurs peuvent y exprimer leur intérêt et recevoir des informations complémentaires. En outre, il est également possible de faire de la publicité pour des événements à petit budget auprès d’un groupe cible préalablement sélectionné. Mais la publicité payante n’est pas le seul instrument permettant de générer de l’audience. Les organisateurs eux-mêmes et ceux qui sont de toute façon fermement programmés, par exemple en tant que bénévoles, devraient également accepter l’événement via Facebook et le partager. De cette manière, la portée peut être augmentée de manière significative.

Moment des affectations

Un point qu’il ne faut pas sous-estimer lors de la création des affichages est le moment de la journée. Bien sûr, il est avant tout important qu’il y ait du contenu. Mais surtout lorsqu’un poste important est censé toucher le plus grand nombre de personnes possible, le bon moment de la journée est également important. Il est souvent recommandé de poster le matin, à midi ou le soir. Pourquoi ? Le matin, sur le chemin du travail, de nombreuses personnes surfent sur Internet et se tiennent au courant des actualités. Il en va de même à l’heure du déjeuner pendant la pause déjeuner ou le soir vers 19 heures, lorsque vous vous asseyez à nouveau devant l’ordinateur après une longue journée de travail.

Bereits seit ihrer Kindheit von der Digitalisierung und ihren Möglichkeiten fasziniert ist Simone Dogu nun seit vielen Jahren als Projektmanagerin und IT Consultant in diesem Umfeld unterwegs. Um ihr Wissen weiterzugeben lehrt sie zudem an verschiedenen Hochschulen und engagiert sich ehrenamtlich in Vereinen und Verbänden auf Bundesebene.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!