Le capitalisme est-il en train de mourir ? Quel sera l’avenir ?

De quelle forme de capitalisme avons-nous besoin à l'avenir ?

Aujourd’hui, le capitalisme dans sa conception traditionnelle est de plus en plus critiqué par la société. De nouvelles formes, telles que le capitalisme vert, social et inclusif, apparaissent pour répondre aux normes de notre nouvelle société. De quelle forme avons-nous besoin et en avons-nous vraiment besoin ?

« Le capitalisme a apporté avec lui le progrès, non seulement dans la production mais aussi dans la connaissance » ~ Albert Einstein. Il a changé nos vies à jamais, a défini le rôle de l’État et de chaque individu dans la société. C’est bien plus qu’un simple système économique. C’est un ordre social qui a façonné nos pensées, nos sentiments et notre être pendant des siècles.

„Capitalism has brought with it progress, not merely in production but also in knowledge“ ~ Albert Einstein.

Comment fonctionne le capitalisme ?

Il est souvent considéré comme un système économique dans lequel des acteurs privés possèdent et contrôlent des biens en fonction de leurs intérêts. L’offre et la demande fixent librement les prix sur les marchés d’une manière qui peut servir les meilleurs intérêts des personnes. L’ascension du capitalisme vers la domination mondiale est encore largement associée au capitalisme industriel qui a fait sa percée décisive au XVIIIe siècle en Grande-Bretagne. La principale caractéristique du capitalisme est le désir de faire du profit. Fondamentalement, ceux qui travaillent le plus et apportent le plus de bénéfices à la société sont les plus récompensés.

La critique du capitalisme

Néanmoins, aujourd’hui, le capitalisme dans son acception traditionnelle est de plus en plus critiqué par la société. Les inégalités croissantes dans la répartition des revenus entre les acteurs du marché, les pressions croissantes sur l’environnement et les conséquences connexes telles que la raréfaction des ressources naturelles et le changement climatique ont érodé la confiance dans le système économique existant. Une grande partie de l’activité économique et de l’emploi s’est déplacée vers l’internet, et les impôts ont suivi, ce qui mine la capacité des autorités à financer la sphère sociale et à corriger les distorsions de l’économie par des prestations et des subventions.

En outre, la pandémie de coronavirus a suscité un débat actif sur les structures sociales modernes. Les économistes et les politiciens ont commencé à parler de la fin de l’ère de l’individualisme, de la formation d’un nouveau mode de vie, et les voix qui prédisent la mort du capitalisme commencent à résonner de plus en plus fort. La tension augmente presque partout et se traduit par des manifestations de masse et une polarisation politique.

« Dès que l’écart entre les riches et les pauvres devient trop important, il y a une menace. On se souvient de la Révolution française, de la Révolution d’Octobre, des gilets jaunes », Penny Goldberg, ex-économiste en chef de la Banque mondiale, fait peur aux capitalistes. La crise institutionnelle est évidente, les gens croient de moins en moins à la démocratie et ne sont plus seulement contre la mondialisation, mais aussi contre les élites, les politiciens, les experts…

Le « nouveau » capitalisme

Dans ce contexte, la capacité des entreprises à générer simplement des profits ne peut plus être considérée comme un critère de réussite primordial. Des aspects intangibles tels que le développement du capital humain, l’innovation, la fidélisation de la clientèle, l’impact environnemental, les activités sociales et le travail avec les gens deviennent de plus en plus importants. C’est ce qu’on appelle le « capitalisme social ».

L’opinion publique s’oriente également de plus en plus vers un avenir durable et c’est là que les partisans du « capitalisme vert » trouvent leur place. Ils croient en la coexistence d’un modèle de croissance du capitalisme et de la nature finie de notre planète avec les nouvelles formes d’énergie renouvelable. Toutefois, la popularité de cette théorie a suscité un débat sur la question de savoir « dans quelle mesure l’énergie verte est verte » et si le capitalisme peut réellement coexister avec la durabilité.

Une autre extension du capitalisme est le fameux « capitalisme inclusif », introduit pour la première fois par Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial. Ces dernières années, la popularisation des idées sur le capitalisme inclusif a pris des formes organisationnelles claires. À l’initiative de Lynn de Rothschild, l’organisation internationale à but non lucratif Coalition for Inclusive Capitalism (CIC) a été créée. Sur le site Internet du CIC, on trouve une liste des participants à la Coalition : Unilever, Johnson-Johnson, Nestlé, Pepsi, BlackRock, Vanguard, AmundiAsset Management, JPMorgan Chase & Co, etc.

De plus en plus de sociétés deviennent des B Corporations (Benefit Corporation), des entreprises qui répondent aux normes les plus élevées en matière de performances sociales et environnementales vérifiées, de transparence publique et de responsabilité juridique afin d’équilibrer le profit et l’objectif. En 2020, même le Vatican s’est engagé dans un partenariat avec son soutien. En général, le « capitalisme inclusif » comporte deux aspects conceptuels principaux : (1) sortir les gens de la pauvreté et (2) favoriser l’innovation et la croissance économique mondiales.

Alors, de quelle forme de capitalisme avons-nous besoin ?

C’est peut-être la question déterminante de notre époque. Et nous devons y répondre correctement si nous voulons préserver notre système économique pour les générations futures. « Transformer fondamentalement les fondements de l’économie est la plus grande contribution que nous puissions apporter à la construction d’un avenir durable. La crise économique actuelle est peut-être douloureuse, mais elle ne sera rien comparée aux crises auxquelles nous serons confrontés si nous continuons à nous développer d’une manière qui menace les systèmes de survie dont nous dépendons » ~ Jonathon Porritt, « Capitalism as if the world matters ».

Tetyana Polovenko ist Finanz-und Versicherungsmathematikerin bei ks actuaries. Ihr Credo: foster young leadership in future mathematics. Sie ist spezialisiert auf Software-Entwicklung für quantitative Lösungen im Bereich Banken und Versicherung. Darüber hinaus beschäftigt sich Tetyana mit Machine Learning Algorithmen in Portfolio Management und verantwortet gleichzeitig die Investing Community „investingpossible“ für junge Menschen mit dem Zweck anderen bei der Erreichung ihrer finanziellen Ziele zu unterstützen.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More