Le fameux problème du « Last Mile » expliqué

La livraison des colis est toujours inefficace et le commerce en ligne augmente le nombre de colis de manière exponentielle

Aussi numérique et structuré que soit notre monde moderne, la livraison des colis reste étonnamment inefficace. Dans les pages qui suivent, nous donnons un aperçu des raisons.

Dans le secteur de la livraison, il existe un problème séculaire pour lequel il n’existe pas encore de solution vraiment efficace : le fameux « last mile ». Il s’agit de la toute dernière partie du processus de livraison d’un produit, c’est-à-dire la section de transport du dernier centre de distribution jusqu’au client final. Dans les prochains paragraphes, nous expliquerons pourquoi ces derniers mètres sont la raison pour laquelle les processus de livraison sont compliqués et coûteux. À la fin de l’article, nous présentons ce que la robotique mobile autonome peut contribuer à résoudre le problème et nous donnons également quelques raisons pour lesquelles tout cela n’est pas si simple après tout.

Des coûts de transport traditionnellement bas dans le commerce de détail

Dans le secteur du commerce de détail, il a longtemps été question que les entrepreneurs ayant des locaux commerciaux dans les zones (urbaines) intérieures commandent des marchandises, généralement en grandes quantités, à des partenaires sélectionnés. Ceux-ci étaient livrés par le producteur via divers grossistes et centres de distribution par des moyens de transport de grande capacité (c’est-à-dire par bateau, avion, train, camion), présentés en magasin et achetés par les clients finaux. La livraison était organisée de manière relativement efficace, il s’agissait de contrats Business2Business, les livreurs avaient une personne de contact claire (le détaillant) et une destination claire (la vitrine ou l’entrepôt du détaillant). En raison de la quantité généralement élevée de commandes, les coûts de transport par article étaient très faibles. Les coûts de transport sont composés d’éléments tels que le temps de travail du chauffeur, l’emballage et les coûts des moyens de transport et du carburant.

Le commerce en ligne entraîne une croissance exponentielle du volume des colis

Cette structure de coûts a brusquement changé en raison de la part croissante du commerce en ligne et de l’augmentation exponentielle du nombre de livraisons de colis privés qui en résulte. Si les clients apprécient la vente au détail de briques et de mortier en raison des conseils personnalisés et de la possibilité d’essayer des vêtements, ils achètent encore souvent en ligne. Les raisons en sont les possibilités de sélection et de spécialisation plus importantes de l’offre, le prix souvent plus bas, la possibilité de faire des achats sans limite de temps et la commodité de pouvoir le faire de chez soi. Cependant, le grand choix offert aux consommateurs augmente la pression sur la livraison : les longs délais de livraison et la livraison payante ne sont pas acceptés par les clients. Le commerce électronique se développe grâce à la satisfaction des clients et à leurs commentaires positifs ; cependant, les retards et les problèmes de livraison entraînent des commentaires négatifs, qui peuvent également ruiner une boutique en ligne.

Pour les boutiques en ligne et leurs partenaires de livraison, les règles suivantes s’appliquent donc : d’une part, la livraison doit se dérouler sans heurts ; d’autre part, la dernière étape du transport avant que le client ne reçoive la marchandise est la plus compliquée, la plus inefficace et la plus coûteuse. Selon le calcul, les coûts du « dernier kilomètre » représentent entre 28 % et 58 % du coût total du transport. Mais pourquoi ?

Le petit nombre de colis livrés par client (dans la plupart des cas, un ou deux seulement) entraîne un temps et un coût très élevés par article, ces frais de transport sont également peu modulables et parfois disproportionnés par rapport au prix des marchandises pour le détaillant. Cela est particulièrement vrai lorsque les éventuels retours sont pris en compte.

Le problème du « dernier kilomètre » (Last Mile)

Fondamentalement, les processus de livraison sur le dernier kilomètre sont très difficiles à planifier. D’une part, le volume des colis est soumis à de fortes fluctuations saisonnières ; avant Noël, après les « jours de shopping » comme le vendredi noir ou pendant les « fermetures Covid-19 » actuelles, il est extrêmement élevé, tandis qu’en été, lorsque de nombreuses personnes sont en vacances, il est extrêmement faible. Les sociétés de distribution ne peuvent pas orienter leur infrastructure vers les extrêmes, mais doivent acheter des services externes pour les périodes de pointe.

D’autre part, surtout dans les centres-villes, il faut s’attendre à des retards difficilement calculables dans le processus de livraison en raison de la forte congestion du trafic, du nombre limité de places de parking ou d’un adressage incompréhensible. Le fait qu’il y ait d’autres clients à livrer chaque jour rend également difficile la planification d’un itinéraire standardisé idéal.  Enfin, il existe également un fort potentiel d’imprévisibilité de la part des clients eux-mêmes. Soit les clients ne sont pas présents au lieu de livraison, soit le lieu de livraison a été mal adressé ou modifié à la dernière minute, soit les clients ont une fenêtre horaire très précise ou des conditions spéciales (telles que « veuillez ne pas sonner avant 10h00 ») auxquelles leurs colis doivent être livrés. Les boîtes de livraison, comme celles que l’on trouve souvent dans les immeubles à appartements, facilitent quelque peu la situation. La pratique de nombreuses entreprises de livraison consistant à laisser simplement les colis sur le pas de la porte ou chez les voisins est discutable du point de vue de la responsabilité. Si, au lieu du colis, le client ne trouve qu’un avis d’échec de livraison et un lieu de ramassage, cela signifie un tracas supplémentaire pour le client, qui peut se traduire par une mauvaise note. Tout ce qui a été expliqué pour la livraison est bien sûr également valable pour le retour des colis.

Conclusion sur le problème du « Last Mile »

À une époque où tant de choses sont numérisées et automatisées, la livraison des colis exige encore une quantité étonnante de travail et de temps. Les effets secondaires de ces méthodes de livraison laborieuses et gourmandes en ressources sont, par exemple, l’augmentation des embouteillages dus aux camions de livraison et la pollution sonore et gazeuse qui en résulte, en particulier dans les zones urbaines. Les conditions de travail du personnel de livraison des colis, qui est soumis à une forte pression temporelle, sont également souvent critiquées. Il n’est donc pas étonnant que des solutions technologiques soient fébrilement recherchées.

Auteur : Lena Sophie Franke

ARTI is developing software for autonomous mobile robots. Robust enough for real-world scenarios, indoor and outdoor, and suitable for different industrial fields. ARTI offers modular AI-kits as well as full turnkey products. Our customers can pick precisely the solution they need, either build a complete robotic system from scratch or improve existing products by adding artificial intelligence.

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Request Free Early Access

Join our waitlist and be the first one to see the powerful Insights Platform live.

You have successfully entered the waitlist!